« On ne manage bien qu’avec le cœur »

Avec l’intelligence artificielle, la machine risque de dominer l’homme dans un avenir proche. Comment l’humanité va-t-elle résister ? Jean-Noël Thorel, pdg fondateur du groupe Naos, a une solution : remettre de l’intelligence du cœur dans le management et former des leaders capables de « se connecter aux autres ». Et pour y parvenir, il a imaginé la Heart Leadership University, une utopie qui deviendra réalité dès l’année prochaine, promet-il.

 

Entrepreneurs d’avenir – Vous voulez lancer en 2021 la Heart Leadership University. Quelles sont vos intentions ?
Jean Noël Thorel – Ce projet vient de mon intuition que l’intelligence artificielle, qui est en train d’accélérer de façon fulgurante, risque d’entraîner la domination de l’homme par la machine, et donc de signer la fin de l’humanité telle que nous la connaissons. Si les dirigeants d’entreprise n’apprennent pas à résoudre les défis financiers, commerciaux et RH du futur avec davantage d’intelligence du cœur, alors l’avenir sera très sombre. Or les grandes universités, Harvard, HEC, Polytechnique, telles qu’elles fonctionnent aujourd’hui, ne mobilisent pas assez la force profonde de l’intelligence du cœur.

Qu’entendez-vous par intelligence du cœur ?

Elle consiste à dépasser le rationnel, à se connecter à l’autre, à fonctionner avec intuition. Celui qui prend des décisions doit prendre en compte « l’autre » au sens le plus générique, c’est-à-dire l’environnement, la nature, les animaux, les autres êtres humains. Il doit considérer la nature du vivant dans toute sa beauté et son excellence. L’intelligence du cœur, c’est la connexion entre le raisonnement rationnel et la nature des choses et des individus.

Y a-t-il des éléments dans votre parcours d’entrepreneur qui vous ont conduit vers ce projet ?

Quand l’entreprise que j’ai fondée a commencé à grandir, j’ai cherché à recruter des dirigeants pour me relayer. Or ces cadres, qui étaient fantastiques, ne comprenaient pas des choses élémentaires de la vie. Par exemple, il y a une dizaine d’années, j’ai reçu un candidat en entretien pour la direction générale. Il a commencé à me dérouler son CV, mais je voulais m’assurer qu’il pouvait jouer collectif avec les équipes de l’entreprise. Alors je lui ai demandé ‘Qui êtes-vous ?’ Ça l’a braqué ! Trois fois je lui ai posé la question, trois fois il a esquivé. Parler avec son cœur, ça ne se voit pas dans le CV et ça ne s’apprend pas à Polytechnique ni à Harvard !

Quels types d’enseignement peuvent développer l’intelligence du cœur ?

C’est encore à l’état d’ébauche, mais parmi les enseignants, il y aura des gens qui ont travaillé sur l’intuition, sur la façon dont l’homme peut activer son intelligence du cœur, prendre des décisions basées sur le respect de la planète et agir pour que les gens soient heureux. Dans les 18 prochains mois, nous allons concevoir un prototype pour changer le mindset des dirigeants de haut niveau. Nous allons balbutier, tâtonner, et c’est bien normal car nous allons donner corps à quelque chose qui n’existe pas.

Vous avez intéressé d’autres entreprises autour de l’Université ?

Oui, car je n’irais pas seul sur un tel projet ! Je veux le bâtir financièrement et intellectuellement avec de grands entrepreneurs, une dizaine dans l’idéal, qui ne sont pas obnubilés par la rentabilité au détriment de la planète et de l’humain. L’Université pourrait intéresser des gens comme Michel Leclercq de Décathlon, Pascal Demurger, de la MAIF, Emery Jacquillat de la CAMIF.

Projetons-nous en 2025. À quoi ressemblera l’Université à cette date ?

Je voudrais qu’elle étonne, qu’elle fasse référence, qu’elle métamorphose la pratique quotidienne des dirigeants d’entreprise. Nous devrons avoir apporté la preuve que notre chemin est le bon, pour qu’en 2030-2035, cette Université soit reconnue dans le monde entier. Ça serait une fabuleuse réussite, nous aurions gagné la partie !

 

Propos recueillis par Pascal de Rauglaudre

 

Une réponse sur “« On ne manage bien qu’avec le cœur »”

  1. EXtraordinaire de lire de telles idées !!
    J’ai envie de glisser un nom pour L.Jean Noël Thorel : Nicolas Métro qui a créé KINOME et est un fellow Ashoka…..une personne à rencontrer pour la création de son université!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je m'inscris à la newsletter