Partenaire fondateur

« Réorientons le progrès vers l’économie de ressources »

Le progrès dans une planète aux ressources finies est-il possible ? Oui, à condition de revoir en profondeur notre vision du progrès, pour faire mieux avec moins tout en conservant un niveau correct de bien-être. Économie circulaire, bio-économie, énergies renouvelables… : nous avons beaucoup d’outils à notre disposition pour relever ce défi, explique Arnaud Leroy, président de l’Ademe, dans une interview très éclairante.

 

Entrepreneurs d’avenir – Le progrès dans une planète aux ressources finies est-il possible ? Comment le redéfinir ?

Arnaud Leroy – Le progrès est souvent associé à la consommation matérielle. Or si dans le passé, notamment l’après-guerre, cette croissance a bien été synonyme de « progrès », aujourd’hui, ce n’est plus le cas comme le montrent plusieurs indicateurs : perte de biodiversité, tension sur l’eau douce, dégradation des terres, déforestation… Et c’est bien un certain progrès technique qui nous a conduit là où nous en sommes, dans une société d’ébriété énergétique. Face aux enjeux actuels, le progrès doit donc être orienté vers l’économie de ressources : comment faire mieux avec moins tout en conservant un niveau de bien-être et de développement équitable. Sans doute faut-il aussi réfléchir collectivement à d’autres façons de définir le progrès qu’au travers d’une croissance économique traduite en PIB.

La robotisation menacerait 20 millions d’emplois industriels dans le monde (rapport Oxford Economics publié au printemps 2019). En quoi est-ce un progrès ?

D’abord, la robotisation n’a rien d’inéluctable. Elle résulte de choix. Quand on robotise certaines taches pénibles pour les réaliser plus efficacement, c’est un progrès. En revanche, dans certains cas, robotiser certains services va se faire au détriment du service, des personnes et de la transition écologique car cela peut générer des consommations d’énergie et de ressources, ainsi qu’une production accrue de déchets. Enfin, une question économique centrale est celle de la possession de ces robots : à qui appartient ce capital ? Bref, associer robots et progrès semble pour le moins compliqué. Il faut donc rentrer dans le détail, filière par filière, pour savoir ce qu’il en est, ce qui est souhaitable, et le cas échéant, comment l’accompagner.

Quel type de progrès permettrait de créer de l’emploi tout en préservant les conditions de la vie sur Terre ?

La transition écologique engendre certaines pratiques plus intensives en emplois, qui préservent les ressources. Par exemple, les modèles agricoles utilisant moins d’intrants, ou encore la rénovation de logements. Concrètement, dans ces deux exemples, on crée des emplois non délocalisables et on génère des gains de ressources. L’emploi est bien souvent un co-bénéfice de la transition écologique.

Quelles stratégies mettez-vous en œuvre à la direction de l’Ademe pour le promouvoir ?

Dans un contexte économique compliqué, les politiques environnementales doivent mettre en lumière leur capacité à créer des activités porteuses d’emplois. L’Ademe les accompagne par des travaux de comptabilisation et d’analyse des emplois dans les filières de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables ainsi que celles de l’économie circulaire. Nous menons également des travaux de prospective pour évaluer les impacts en emplois des scénarios de transition écologique à l’horizon 2050, déclinés par des études ciblées par filières (parc éolien, activités de réparation, production de biogaz…) et régionalisées (scénario REV3 dans les Hauts-de-France ou encore Région à énergie positive en Occitanie).

Quel rôle les entreprises peuvent-elles jouer ? Comment travaillez-vous avec elles ?

Les entreprises ont, en tant qu’employeurs, un impact fort sur leur territoire et peuvent être porteuses de progrès. L’Ademe consacre chaque année des moyens importants pour les accompagner dans leur transition écologique. Elle développe aussi des solutions innovantes avec plusieurs actions qui vont de la formation à l’aide à l’investissement, en passant par la publication de guides techniques et l’élaboration d’outils comme ACT pour évaluer l’alignement de leur stratégie sur les objectifs de l’Accord de Paris.

Comment voyez-vous le futur de l’industrie en France dans la décennie qui débute ?

D’abord, on ne peut pas parler d’un secteur unique, l’industrie recouvrant des réalités sectorielles très différentes. La Stratégie nationale bas carbone fixe un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre assez ambitieux (-80% de réduction en 2050 par rapport à 2015). Nous travaillons actuellement sur des scénarios prospectifs énergie-ressources à horizon 2050 : la neutralité carbone en 2050 peut prendre des chemins différents, plus ou moins souhaitables pour nos industries et plus largement pour notre société. Nous espérons justement que ces scenarios aideront l’ensemble des parties prenantes à mieux se préparer à l’avenir. Il faut construire une vision commune de la transition pour aller de l’avant et notamment anticiper les gagnants/perdants.

Enfin, il est nécessaire également de voir comment la transition se joue en dehors de nos frontières pour nos industries de demain. Nous avons en France un savoir-faire et un réseau de PME et de laboratoires très dynamiques sur plusieurs filières comme les réseaux électriques intelligents, l’économie circulaire, la bio-économie, certaines filières d’énergies renouvelables… Appuyer le développement et la compétitivité de ces industries à l’export, c’est aussi un gage d’activités et de création d’emplois pour l’avenir.

 

ADEME

 

Propos recueillis Pascal de Rauglaudre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

Je m'inscris à la newsletter