Too Good To Go à la conquête du monde

L'appli anti gaspi vient de lever 25 millions d'euros. Le mouvement Too Good To Go pousse au niveau mondial. Entretien avec sa directrice générale et fondatrice Lucie Basch.

 

Entrepreneurs d’avenir : En janvier 2021, les investisseurs historiques et les salariés de Too good to go ont participé à une levée de fonds très porteuse de plus de 25 millions d’euros. Quel est l’objectif de cette levée de fonds ?

Lucie BASCH : Alors que l’ONU s’est fixé un objectif de réduction du gaspillage alimentaire de 50% d’ici 2030, cette levée de fonds nous permet avant tout de développer notre mouvement au niveau mondial et donc notre lutte contre le gaspillage alimentaire à tous les niveaux. Il s’agit d’une opportunité pour accélérer notre impact direct en poursuivant notre expansion aux États-Unis après le succès du lancement à New York et Boston et en lançant l’application dans de nouveaux pays.

Quelles sont vos perspectives de développement dans les cinq ans à venir ?

Nous avons pour objectif d’inspirer et d’engager l’ensemble de la société dans la réduction du gaspillage alimentaire et cela passe par exemple par différents axes. Nous allons continuer à travailler avec les signataires du Pacte sur les Dates de Consommation pour réduire le gaspillage lié aux dates, nous lançons à la rentrée notre projet éducation pour donner aux enfants les bons réflexes dès le plus jeune âge, le développement de nouveaux segments comme les grossistes et les grossistes. Nous allons en parallèle continuer notre expansion au niveau mondial pour qu’un maximum de commerçants et citoyens puissent s’engager, eux aussi, contre le gaspillage alimentaire.

Vous avez une croissance très rapide, quel est votre mode de management humain ? Plutôt entreprise libérée ?

Too Good To Go a défini ses valeurs clés très tôt et nous passons beaucoup de temps à les faire vivre au quotidien : à travers l’équipe, mais aussi via nos partenaires commerçants et nos utilisateurs. On se concentre beaucoup sur l’impact et l’héritage qu’on veut laisser pour inspirer un maximum de personnes à s’engager contre le gaspillage alimentaire. Nos valeurs : l’esprit d’équipe, la poursuite de l’excellence, la simplicité, l’impact et la bienveillance.

Dans cette croissance très rapide que nous connaissons, l’un des enjeux est de conserver nos valeurs et de continuer à les faire vivre avec tous les Waste warriors (employés). Nous avons la chance de compter sur des personnes passionnées qui veulent vraiment changer le monde !

Pour conserver nos valeurs tout en progressant rapidement, mais aussi pour nous remettre en question pour aller toujours plus loin dans notre démarche, la certification B-Corp est clé. Celle-ci labellise les entreprises qui cherchent à avoir un impact au-delà de leur rentabilité, et nous aide à nous poser les bonnes questions pour continuer à nous améliorer dans cette phase d’hyper croissance.

Dans ce contexte sanitaire, la plupart des cafés, restaurants et hôtels sont fermés, comment faites-vous pour résister alors que la distribution des paniers est inférieure ?

Cette crise a affecté tous les Français, nos commerçants partenaires, nos utilisateurs et nous y compris. S’il est vrai que nous avons observé une baisse lors du premier confinement, le nombre de paniers sauvés est très vite revenu à la normale. Aujourd’hui, on constate que les Français ont changé leurs habitudes d’achats pour les faire coïncider avec les contraintes d’horaires liées aux couvre-feux, mais ces derniers restent très actifs dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. Et surtout, nous avons su proposer à nos partenaires des solutions ad hoc pour les soutenir dans ces temps difficiles.

Finalement, cette situation nous a montré que nous pouvions être une solution pour des segments que nous n’étions pas encore allés chercher, comme celui des industriels. Cette crise est venue prouver que grâce à nos communautés d’utilisateurs et de partenaires, nous pouvons remonter toute la chaîne alimentaire et offrir notre solution à chaque acteur, de l’industriel au distributeur en passant par la restauration collective.

Si tout le monde évitait le gaspillage alimentaire, Too Good To Go n’aurait plus de raison d’être. Croyez-vous à ce scénario d’une société sans gaspillage et sans déchets ?

Nous rêvons d’un monde sans gaspillage alimentaire : cela veut dire que nous aurions atteint notre objectif ! Aujourd’hui il reste encore beaucoup à faire, puisqu’encore un tiers de la nourriture produite part à la poubelle, nous travaillons pour le moment principalement avec la fin de la chaîne, avec les commerçants et les consommateurs, mais nous devons également aider les producteurs et les industriels par exemple. Mais je veux croire que nos efforts porteront leurs fruits ! On voit que les mentalités évoluent, tant chez les consommateurs que chez les professionnels, il y a une vraie prise de conscience écologique. Et la crise du covid nous a forcés à changer nos habitudes, on voit donc que c’est possible !

De plus, le jour où notre rêve d’un monde sans gaspillage alimentaire deviendra réalité, il restera toujours d’autres combats à mener, notamment celui de faire évoluer notre système alimentaire vers plus de durabilité, en alliant santé des consommateurs et protection de notre planète.

 

TOO GOOD TO GO

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je m'inscris à la newsletter

id, neque. ut Aenean ipsum sed ut leo Phasellus Aliquam