Partenaire fondateur

180°C, le mook pour manger mieux

À mi-chemin entre le livre et le magazine, 180°C est une revue semestrielle d’un nouveau genre, entièrement dédiée à la gastronomie.

Les épicuriens et passionnés de gastronomie tiennent enfin leur « mook », ces publications d’un nouveau genre, intermédiaires entre les magazines et les livres, et qu’on trouve surtout en librairie. Il s’appelle « 180°C, des recettes et des hommes », et il est intégralement dédié à la cuisine et à ceux qui la font. Publié tous les six mois depuis le printemps 2013, il est épais, 192 pages, mais doté d’une iconographie très léchée qui enrichit la lecture des articles. Le ton est pointu, sérieux mais sans prétention, et pimenté d’un zeste d’impertinence, et le contenu garanti 100 % inédit.

Cette revue culinaire « indépendante et fière de l’être », ce qui garantit une appréciable liberté de ton, est réalisée par une fine équipe de gourmets, qui sillonnent les routes de France, à la découverte de Chefs hors du commun, d’artisans fiers de leur savoir-faire, de producteurs passionnés mais méconnus. Sans oublier bien sûr une foultitude de recettes qui collent aux saisons, des plats « simples et bons » qui en jettent, et des trucs et astuces pour apprendre à cuisiner plus simplement.

Le numéro 4 sort à la mi-octobre, avec les rubriques désormais habituelles. « L’Homme de goût » du semestre s’appelle Laurent Arbeit, un jeune chef alsacien héritier de plusieurs générations de cuisiniers. En « Super production », la pêche à l’omble chevalier sur le lac du Bourget, en Savoie, avec le pêcheur Olivier Parpillon, et l’élevage des chiens truffiers, qui transforment la truffe en or dans le Quercy. « Raisin et Sentiments » dépoussière les vins du Roussillon, en visitant Calce, village des Pyrénées-Orientales.
Mains baladeuses, sous-entendus déplacés, harcèlement sexuel, remarques sexistes… Le sexisme frappe aussi autour des fourneaux, et 180°C mène l’enquête dans les cuisines, cette « autre Grande Muette ». Succombant, non sans quelque auto-dérision, aux marronniers de la presse, 180°C dévoile les secrets gourmands du Grand Orient de France.

En Irlande, la nouvelle génération de Chefs défend les produits du terroir avec ardeur. Quant au Chef Jean-François Piège, double étoilé Michelin à Paris et juré de l’émission Top Chef, il ouvre les portes son immense bibliothèque culinaire.

Du côté des nouveaux restaurants, 180°C a goûté à Dessance, le premier restaurant parisien de desserts, et a testé le Fried Chicken and Waffle, aux Etats-Unis. Et comme dans chaque numéro, des dizaines de recettes, pour réussir les mendiants, le nougat noir, les pâtés, et même le muesli, et des techniques transmises autrefois de grand-mère en petite-fille, comme la cuisson en cocotte.

Bref, 192 pages de plaisir, de passion et de gourmandise à partager.

180°C

Dominique Pialot & Pascal de Rauglaudre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *