Partenaire fondateur

Annie Sorel – Asea

Annie Sorel, dirigeante d’ASEA, Agence d'Eco Achats, forme et accompagne les entreprises et les organisations dans leur démarche d'achats responsables. Parce que les acheteurs participent à la création de valeur des entreprises.


Annie Sorel, dirigeante d’ASEA, Agence d’Eco Achats, forme et accompagne les entreprises et les organisations dans leur démarche d’achats responsables. Parce que les acheteurs participent à la création de valeur des entreprises.

Qui sont vos clients et comment les faites-vous évoluer vers des achats responsables ?

Nos clients sont très divers : PME, ETI, grandes entreprises, collectivités, associations… Ils ont souvent déjà une sensibilité « Développement Durable » ou « RSE » mais pas obligatoirement.

Pour faire évoluer des acheteurs, il est nécessaire de bien connaître le métier, car il faut garder les fondamentaux du métier : contribuer à la rentabilité des entreprises, tout en élargissant le dialogue avec les fournisseurs au-delà des critères habituels de prix, qualité et délai.

Regarder toute la chaîne de valeur, nécessite de travailler avec plus de transparence avec l’ensemble des fournisseurs et sous-traitants pour évaluer les risques RSE, pour trouver des solutions innovantes et surtout réfléchir gagnant /gagnant.
L’acheteur responsable élargit considérablement son champ de responsabilités, çà redonne du sens à son métier et c’est ce qui est passionnant.
Il peut créer de la valeur avec des valeurs !


Quelles sont les réflexions que vous menez au sein de l’ObsAR ? Comment prennent-elles forme concrètement ?

Adhérente depuis le début de l’ObsAR (Observatoire des Achats Responsables), j’anime un groupe de travail sur les relations Donneurs d’ordre et PME. Nous venons d’ailleurs d’en restituer les conclusions lors d’un colloque qui s’est tenu le 23 janvier dernier en présence de plus de 650 participants.
Au sein de ce groupe de travail composé paritairement par les principaux réseaux de PME (CGPME, CJD, ACFCI, APCMA…) et les principaux donneurs d’ordre publics (le Service des Achats de l’Etat …), ou privés (GDF SUEZ..),nous travaillons sur une relation plus équilibrée et plus responsable des 2 points de vue en ayant comme objectif de briser le plafond de verre entre les PME et les donneurs d’ordre.

Dans l’esprit de la future norme Achats Responsables découlant des travaux de l’ISO 26000, nous construisons des outils simples à destination des PME (questionnaire maturité RSE ou Achats Responsables, guide pratique). Nous allons aussi établir une cartographie des PME pour aider les acheteurs à mieux les sourcer.
De nombreux projets donc et des avancées déjà bien réelles car l’enjeu sur l’emploi de nos PME est considérable.

En tant qu’Entrepreneurs d’avenir quelles sont vos attentes du réseau ?

J’ai beaucoup aimé le dernier Parlement des EA, à Nantes en mai 2011, pour différentes raisons :

– la pertinence et la diversité des intervenants,

– l’ambiance et l’énergie très positive qui se sont dégagées pendant ces 2 jours,

– la gentillesse et la bienveillance des organisateurs.

C’était très fédérateur et cela a permis de rencontrer non seulement des EA d’autres régions, mais aussi ceux des Pays de la Loire.

Un certain nombre de réseaux se préoccupent du sujet de la RSE (écoles, syndicats professionnels, clubs de dirigeants…), mais je constate que très souvent chacun joue sa partition de son côté…

Donc, si le réseau EA arrivait à fédérer les réseaux, je suis sûre que cela nous aiderait à développer un « monde meilleur ».

Et si vous aviez des propositions à faire aux candidats à la présidentielle, quelles seraient-elles ?

Je leur dirais :

“Montrez-nous l’exemple, réfléchissez à l’intérêt général plutôt qu’à vos intérêts particuliers, pensez long terme et pas seulement clientélisme et opportunisme électoral.
Arrêtez le cumul des mandats.

Mettez l’économie au service de la vie et pas nos vies au service de l’économie !
Revoyez les enseignements sur l’économie et la finance dans les grandes écoles et universités.

Rétablissez un peu de justice : entre les hommes et les femmes (laissez la place aux femmes qui, au sein des entreprises, des collectivités… dirigeraient certainement avec moins de risques), entre les PME et les grands groupes, pour les jeunes et les seniors, afin qu’ils contribuent eux aussi à développer notre richesse.

Protégez nos industries : arrêtez les délocalisations à tout va, le dumping social et les consignes données aux constructeurs d’aller vers les pays à bas coûts.
Nous avons besoin de nos industries pour que chacun puisse aussi avoir la fierté de travailler.

Et surtout redonnez-nous confiance !
Une vision, de l’espoir et un projet qui nous fasse rêver ».

Asea Eco Achats

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *