Partenaire fondateur

Boris Bertin – Arpejeh

Boris Bertin dirige l’association ARPEJEH qui réunit des employeurs privés et publics de tous secteurs, engagés dans une politique active en faveur de l’égalité des chances et de l’emploi des personnes handicapées.


Boris Bertin dirige l’association ARPEJEH qui réunit des employeurs privés et publics de tous secteurs, engagés dans une politique active en faveur de l’égalité des chances et de l’emploi des personnes handicapées.

Arpejeh a récemment fêté son 3ème anniversaire, quel bilan tirez-vous de ces premières années ?

Un bilan plutôt positif même si tout n’est pas acquis et que beaucoup de choses restent à faire. En trois années d’existence, près de 1400 jeunes ont pu bénéficier de nos actions et ce grâce aux entreprises de plus en plus nombreuses qui s’investissent.

Comment travaillez-vous avec les PMI-PME sur les questions de handicap et comment les faites-vous participer aux actions d’ARPEJEH ?

Nous ne travaillons pas encore avec les PMI-PME, mais nous avons une réelle volonté de les associer à nos actions. C’est pour cela que nous sommes membres du réseau Entrepreneurs d’avenir. Car même si certaines d’entre elles ne sont pas soumises à l’obligation d’emploi (à partir de 20 salariés), nous sommes persuadés qu’elles ont la volonté de s’investir sur ces questions citoyennes qui nous concernent tous. Nous avons commencé par faire relayer l’information sur notre existence, mais également savoir où ils en sont sur la question du handicap. S’ils souhaitent participer au dispositif ARPEJEH, nous sommes prêts à les aider via des actions concrètes, notamment l’accueil de stagiaires de 3ème par exemple.

Vous êtes membres du réseau Entrepreneurs d’avenir, quelles sont vos attentes et comment souhaitez-vous vous y investir ?

Nous pouvons être ressource pour les entreprises membres d’Entrepreneurs d’avenir qui souhaitent participer au dispositif citoyen d’accueil de jeunes stagiaires handicapés.

Avez-vous des propositions à faire aux candidats à l’élection présidentielle ?

Nous avons interpellé Xavier Bertrand afin de faire en sorte que les stages découverte professionnelle que les jeunes de 3ème doivent réaliser (stages de moins de 40h) puissent être comptabilisés dans la déclaration annuelle obligatoire d’emploi des travailleurs handicapés (DOETH) par les entreprises/employeurs. Actuellement, seuls les stages de plus de 40 heures sont considérés comme un moyen de répondre à l’obligation. Les entreprises qui accueillent des stagiaires de 3ème le font dans un esprit de citoyenneté.

www.arpejeh.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *