Partenaire fondateur

Ça roule pour Velogik

En quelques années, Velogik, PME de la région lyonnaise, est parvenue à s’imposer comme l’un des principaux prestataires de systèmes de vélos à louer, faisant jeu égal avec les multinationales du transport urbain.




Pour gérer les flottes de vélos en libre-service, il n’y a pas que des multinationales, il y a aussi des PME actives et bourrées d’idées comme Velogik. En quelques années, cette entreprise lyonnaise, fondée en 2008 par Franck Brédy et Gwendal Caraboeuf, a réussi à s’imposer comme l’un des principaux prestataires de systèmes de vélos à louer, avec un parc de plus de 8000 vélos, 43 salariés et un chiffre d’affaires en progression de 70 % en 2015. Son activité : concevoir, fournir, gérer et exploiter les systèmes de vélos.

Velogik ne s’adresse qu’aux professionnels, entreprises, collectivités territoriales ou organisations publiques. « En 2008, à cause de la crise économique, les entreprises avaient bien d’autres préoccupations que de mettre leurs collaborateurs sur des vélos, explique Franck Brédy. Alors on s’est tourné vers les collectivités, ce qui nous a permis de nous développer à grande vitesse. Bien nous en a pris ! »

Le modèle de Velogik se caractérise par sa grande transparence : « Avec les villes et les agglomérations, nous fonctionnons en Délégation de service public (DSP), nous sommes exploitants d’un service de transport public, et rémunérés par la collectivité. Les recettes que nous générons sont intégralement reversées au Trésor public. »


Ses concurrents : les multinationales du transport urbain

Parmi les marchés remportés par Velogik, en concurrence avec les géants des transports Transdev et Keolis : Grenoble et Clermont-Ferrand. À Grenoble, Métrovélo, le système de location de vélos, le deuxième après Paris par l’importance de sa flotte, est un service « en location humanisée », où l’utilisateur loue le vélo auprès d’une agence tenue par des employés, un service qui s’avère moins coûteux que le pur libre-service en usage ailleurs. Quant à Clermont-Ferrand, le marché, remporté en 2012, concerne 40 stations pour environ 500 vélos sur toute l’agglomération.

Dans les années à venir, Velogik compte partir à la conquête des villes grandes et moyennes de l’Ouest, Bordeaux, Nantes, Rennes et d’autres, qui ont un fort potentiel dans la gestion et l’exploitation de services de vélos.

Velogik compte aussi des entreprises parmi ses clients, comme La Poste, à Lyon, dont elle gère le millier de vélos des facteurs, IKEA, Arkema et la SNCF. Dans les années à venir, elle devrait profiter d’une disposition de la loi sur la transition énergétique qui prévoit la défiscalisation de l’achat de flottes de bicyclettes : les entreprises qui souhaitent s’en doter bénéficieront d’une réduction de l’impôt sur les sociétés à hauteur de 25 % du montant des investissements.

Velogik labellisée « Pépite 2016 »

L’année 2016 a bien commencé pour Velogik, qui a été labellisée « pépite » de l’année par le Grand Lyon et la Chambre de Commerce et d’Industrie. Ce label récompense chaque année une dizaine d’entreprises à fort potentiel et leur offre un accompagnement sur deux ans dans leur développement stratégique, commercial et marketing. Enfin, déjà bien engagée dans une démarche environnementale et sociétale ISO 14001, Velogik vise pour la fin de cette année la norme ISO 9001.

VELOGIK


Texte Pascal de Rauglaudre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *