Partenaire fondateur

Climat : des entreprises engagées pour la COP21

Hélène Valade, directrice du développement durable de Suez Environnement et présidente du comité des directeurs du développement durable (C3D) témoigne du fort engagement du monde de l’entreprise en amont de la conférence sur le climat de décembre 2015 à Paris (COP21).




Les entreprises sont-elles sensibilisées au sujet du changement climatique ?

Hélène Valade : Le dernier rapport de synthèse du GIEC confirme l’urgence d’agir de façon forte. Pour la première fois, certains scientifiques, à l’image du climatologue français et vice-président du GIEC Jean Jouzel, n’hésitent pas à sortir de leur neutralité pour pousser un cri d’alarme. De leur côté, comme je le ressens au sein du C3D, les entreprises semblent avoir vraiment pris la mesure de l’importance du sujet, de leur responsabilité dans le phénomène mais aussi des solutions dont elles disposent pour atténuer le changement climatique ou aider à s’y adapter. Et ça, c’est à la fois nouveau et contre-intuitif. En effet, leur image, encore fréquemment assimilée dans l’imaginaire collectif à celle de pollueurs, est héritée d’une époque révolue où elles ne s’intéressaient pas beaucoup aux moyens de combattre cette pollution. Comme on a pu le constater lors du sommet sur le climat de l’ONU à New York en septembre, elles ont beaucoup évolué, et plusieurs patrons, dont celui de Suez Environnement, ont été très clairs sur le rôle qu’elles doivent jouer. Cette position coïncide d’ailleurs avec l’agenda politique porté par Laurent Fabius, qui entend faire de COP 21 « la COP des solutions ».

Quel rôle vont jouer les entreprises dans la préparation de la COP 21 ?

Hélène Valade : Depuis la conférence de Copenhague en décembre 2009, leur contribution a connu une véritable montée en puissance. Elles seront notamment invitées à faire des recommandations et à présenter leurs solutions lors du Global Summit qui rassemblera plusieurs structures dont EPE (Entreprises pour l’environnement), WBCSD (World business council for sustainable development), le Global Compact et le C3D. Une dizaine d’entreprises françaises* (ou leurs filiales établies en France) se sont regroupées pour fonder « Solutions COP 21 ». Leurs solutions seront détaillées sur une plateforme Internet qui sera mise en ligne courant décembre 2014. Elles seront également présentées dans une exposition au Grand Palais lors de la deuxième semaine des négociations en décembre 2015. La cible étant le grand public, ces présentations seront organisées selon des thématiques correspondant aux intérêts des citoyens dans leur vie quotidienne : se loger, se nourrir, se déplacer, etc. Les entreprises vont devoir faire un effort pour sortir de la communication B to B à laquelle elles sont parfois plus habituées. Elles seront également présentes sur le Village de la société civile au Bourget, en marge des négociations. Toutes les solutions proposées ayant un impact très fort sur la ville, ces démarches se font en association avec Vivapolis, l’initiative gouvernementale destinée à promouvoir à l’export l’offre française en matière de ville durable.

Qu’attendent les entreprises de ces prochaines négociations sur le climat ?

Hélène Valade : Il est évident que le cadre dans lequel les entreprises évoluent a besoin d’être stabilisé. Elles ont besoin d’accords et d’engagements qui balisent leur avenir, grâce à des outils tels que l’affectation de prix crédibles aux externalités et en particulier au carbone. C’est le sens de l’initiative de la Banque Mondiale « Put a Price on Carbon » que Suez Environnement soutient. Déjà, certaines entreprises prennent en compte pour leurs décisions un prix interne du carbone. Elles s’engagent aujourd’hui résolument vers un modèle économique climato-responsable, d’une façon plus structurelle que par le passé.
Cette évolution couronne les efforts menés par chacun sur ces sujets, et tout particulièrement par les directeurs du développement durable, à qui je tiens à rendre hommage. Cette convergence entre une meilleure appréhension de la situation et l’agenda positif du gouvernement français, qui a décidé de faire de la COP 21 quelque chose de dynamique en embarquant tout le monde sur ce projet, contribue à créer un « climat » favorable.


* Entreprises membres fondateurs de Solutions COP 21 : Carrefour, GDF Suez, Generali, Ikea, Rexel, Schneider Electric, Sofiprotéol, Suez Environnement, Veolia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *