Comment Living School forme les éco-citoyens de demain

Au programme de Living School, une école fondée en 2007 : harmonie, savoir-être et éco-citoyenneté. Aujourd’hui, elle accueille plus d’une centaine d’enfants de la maternelle à la cinquième. Un joli succès raconté par sa fondatrice, Caroline Sost.

 

Une école de l’éco-citoyenneté, du savoir-être et de l’harmonie : c’était le rêve de reconversion de Caroline Sost, au bout de quelques années passées en entreprise, quand elle a lancé Living School avec Anne-Sophie de Oliveira en 2007.

Pari gagné : douze ans plus tard, Living School accueille une centaine d’élèves en école primaire et elle vient d’ouvrir deux classes de collège dans ses locaux du 19e arrondissement de Paris. Elle leur propose un enseignement bilingue en anglais, ainsi qu’une pédagogie fondée sur le savoir-être aussi bien que le savoir-faire. « Mon idée, c’était d’apprendre aux enfants à se connaître eux-mêmes, à savoir s’affirmer et à avoir des relations harmonieuses entre eux », explique Caroline Sost.

Pour elle, l’école traditionnelle ne sait plus préparer les enfants à avoir confiance en eux pour réussir leur vie ni à entretenir de bonnes relations avec les autres. « À Living School, nous aidons les enfants à développer leur potentiel », poursuit-elle. « L’enfant apprend plus facilement lorsqu’il a de l’assurance et qu’il se sent en sécurité. »

Cahier de réussites

Pour valoriser ce potentiel, la Living School a mis au point différentes solutions. Dans les classes élémentaires, les élèves notent leurs petites victoires dans un cahier de réussites, comme aider un camarade. Ils apprennent aussi à gérer leurs émotions : lorsqu’ils se sentent débordés par l’excitation, ils filent au jardin zen, un grand plateau de sable fin où ils peuvent vider leur énergie en frappant un punching ball, ou bien s’étaler sur le coussin de recentrage installé dans les classes.

L’école développe aussi la coopération et l’empathie. Dès la classe maternelle, les enfants sont sensibilisés aux enjeux du monde et à l’environnement. En dix ans, ils ont participé à nombre de projets, souvent à leur initiative, comme replanter plus de 700 arbres au Sénégal ou adopter des pandas avec le WWF. « Nous avons lancé une activité de peinture d’assiettes, qui a rapporté 700 euros pour Action contre la faim. Cette somme sauve sept enfants de la faim pendant un an, les enfants étaient très heureux ! »

Deux ateliers obligatoires pour les parents

Autre particularité : l’équipe dirigeante veut associer les parents à la pédagogie de l’école. Ils sont tenus d’assister à deux ateliers obligatoires chaque année, ainsi qu’à des formations facultatives organisées avec des coaches sur des sujets variés : les fratries, la confiance en soi, la concentration, l’autorité, etc. « C’est un vrai soulagement pour eux, ils se sentent soutenus face à leurs enfants, et les familles y gagnent en qualité de vie. »

Au-delà de sa mission strictement scolaire, Living School est également un organisme de formation qui initie au savoir-être des responsables de centres de loisirs et de centres sociaux, des professionnels de l’éducation et des enseignants d’écoles privées.

Comme tous les établissements d’enseignement, l’école a dû gérer le confinement au printemps : « Nos élèves avaient tous les outils pour garder le lien, ils ont envoyé des vidéos et des poésies et nous avons découvert leurs passions, leurs talents. Il y a eu aussi un vrai élan de solidarité pour aider les familles en difficulté. »

Et les anciens de Living School, que sont-ils devenus ? « Nous les revoyons deux fois ans, ils ont confiance en eux et ont de bonnes capacités à progresser. Beaucoup d’entre eux sont devenus délégués de classe au collège ! », s’enthousiasme Caroline Sost, qui a raconté l’aventure de Living School dans un ouvrage publié il y a deux ans, « S’épanouir à l’école » (Robert Laffont, 2018). Elle aime citer Gandhi : « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. »

 

Toutes les infos pour inscrire vos enfants à la Living School

 

Pascal de Rauglaudre

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je m'inscris à la newsletter