Partenaire fondateur

Comptabilité verte, comptabilité universelle de l’entreprise ?

La comptabilité verte ou « comptabilité universelle » est un vaste et complexe chantier qui vise à rendre compte de l’intégralité des interactions de l’entreprise avec ses environnements. Le point sur la question avec Jacques de Saint Front, animateur, avec Michel Veillard, du groupe de travail « Comptabilité et développement durable » au Conseil supérieur de l’Ordre des experts comptables, et Didier Livio, Président de Synergence.

La comptabilité verte ou « comptabilité universelle » est un vaste et complexe chantier qui vise à rendre compte de l’intégralité des interactions de l’entreprise avec ses environnements. Le point sur la question avec Jacques de Saint Front, animateur, avec Michel Veillard, du groupe de travail « Comptabilité et développement durable » au Conseil supérieur de l’Ordre des experts comptables, et Didier Livio, Président de Synergence.

Qu’est-ce que la comptabilité verte ?

JdeSF : On parlera plutôt de « comptabilité universelle ». Cette approche consiste à utiliser la technique comptable pour assembler des indicateurs différents dans chaque domaine (social, environnemental, économique, mode de gouvernance, …) afin de parvenir à une vue d’ensemble de l’impact positif ou négatif de l’entreprise sur chacun de ces domaines.

DL : L’Entreprise n’existe dans aucun droit du monde, seule existe la société de capitaux et sa comptabilité, qui ne rend compte de la performance de l’entreprise que dans la perspective du rendement à apporter aux actionnaires. Cela ne suffit plus, il faut maintenant pour accéder à un développement durable une comptabilité universelle qui rende compte de la capacité de l’entreprise à vivre en harmonie avec son milieu social et environnemental.

Quels sont les indicateurs pris en compte dans cette comptabilité ?

DL : Il s’agit de créer des nouvelles lignes d’actif et de passif pour tous les thèmes du développement durable : relations sociales, rapport à l’eau, à l’énergie, à la biodiversité, emploi, santé, stress, nutrition, nuisances sonores… La comptabilité universelle doit montrer, par une lecture directe, si l’entreprise vit en « parasite » de son environnement ou en « contributeur ».

JdeSF : Ce qui conditionne le choix de ces indicateurs, c’est leur but, qui est l’action de l’entreprise dans tous les domaines du développement durable. De façon annexe ce travail spécifique, mené entreprise par entreprise, aura aussi un effet d’entraînement donc de bonnes pratiques. La valorisation n’est pas simple car il s’agit de valoriser le vivant.

Comment la comptabilité universelle peut-elle impacter la gestion des entreprises ?

JdeSF : La comptabilité universelle entend changer le regard des dirigeants pour qu’ils voient leur entreprise comme le paysan d’antan voyait son travail : en cohérence avec son environnement social et naturel. Il s’agit de « définanciariser » la réflexion des entreprises sur le développement durable.

DL : Si le monde politique, et les régulateurs nationaux et internationaux, s’emparent du sujet et font évoluer les normes comptables dans le sens de la comptabilité universelle, cela peut avoir un impact immédiat sur les choix des entreprises, en amont de toutes décisions. Cela peut devenir un élément incontournable qui sera regardé par les analystes au même titre que les éléments comptables traditionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *