Partenaire fondateur

Denys Cordonnier – Valeur Plus

Denys Cordonnier dirige Valeur Plus qui soutient des entreprises, dans leurs capacités d’intégration de personnes de premier niveau de qualification. Il animera la commission 7 du Parlement des Entrepreneurs d’avenir : « Comment innover à partir des salariés considérés comme les moins qualifiés ? » le 13 mai prochain.

Denys Cordonnier dirige Valeur Plus qui soutient des entreprises, dans leurs capacités d’intégration de personnes de premier niveau de qualification. Il animera la commission 7 du Parlement des Entrepreneurs d’avenir 2011 : « Comment innover à partir des salariés considérés comme les moins qualifiés ? » le 13 mai prochain.

Pourriez-vous nous préciser les enjeux et objectifs de la commission que vous animerez le 13 mai prochain ?

Bon nombre d’entreprises essaient de concrétiser au quotidien une réelle reconnaissance des moins qualifiés. Nous essaierons d’aller plus loin encore, dans la commission du 13 mai. Nous nous intéresserons à tout ce qui permet aux moins qualifiés d’être considérés comme personnes-ressources, et de l’être réellement. Personnes-ressources pour que l’entreprise innove et progresse, en relations et en organisation, en qualité et en technicité, en cohésion et en efficacité…

Cette commission aura un format particulier privilégiant les interactions des participants avec des salariés de Travailler et Apprendre Ensemble (TAE) et du groupe SEB. Comment se dérouleront concrètement les deux heures et comment allez-vous y associer les entrepreneurs présents ?

La forme d’animation sera en cohérence avec la question traitée. Dix salariés des deux entreprises TAE et SEB (Tefal, Calor), très différentes l’une de l’autre mais ayant une forte expérience de coopération avec des personnes exclues, auront passé une journée commune de préparation. A la tribune, ils introduiront la commission (intervention dialoguée, saynète) et contribueront aux échanges très interactifs… pour lesquels les entrepreneurs dans la salle seront largement mis à contribution. Car sur une telle problématique, on se doit d’être modestes… et de chercher ensemble… à partir des moins qualifiés et de l’expérience de tous.

Au-delà de cette commission, qu’attendez-vous du Parlement des Entrepreneurs d’avenir ?

Savoir intégrer les moins qualifiés est bien trop souvent perçu, à mon sens, comme un savoir-faire relevant principalement des entreprises d’insertion (ou autres SIAE, Structures d’Insertion par l’Activité Economique). Pourtant, il est de l’intérêt et de la responsabilité de toute entreprise, de compter sur les moins qualifiés, de savoir révéler, utiliser et développer le potentiel de tous ses salariés. Le défi du développement durable exige, par essence, ni exclusion, ni condescendance. J’attends du Parlement 2011 qu’il contribue, petit à petit, au sein même des Entrepreneurs d’avenir et au-delà, à la construction d’une vie économique qui ne laisse aucun potentiel de côté. Il y va de notre dignité collective.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *