Partenaire fondateur

Emac : le pari de l’innovation et de la RSE en Pays Basque

Passer du moulage de semelles à la conception de caoutchoucs de pointe ? Pari réussi pour Emac, une PME du Pays basque. Didier Chauffaille, son directeur général, interviendra au Parlement des Entrepreneurs d’avenir.



Mauléon-Licharre, dans le pays de la Soule, a longtemps été surnommée la capitale de l’espadrille. Sur le territoire de cette commune au cœur du Pays basque, se déployait tout un réseau d’entreprises de production et de moulage de semelles de caoutchouc.

Emac était l’une de ces PME dynamiques. Mais quand il a repris cette entreprise avec un associé en 2006, Didier Chauffaille, son directeur général, n’a pu que constater que le travail du caoutchouc en France était condamné à cause des délocalisations. Il a donc choisi de transformer Emac en une entreprise spécialisée dans les élasto-matériaux composites, c’est-à-dire des caoutchoucs de pointe.

L’entreprise s’est réorientée vers la conception de formules, l’accompagnement des clients et la production de mélanges de caoutchouc. « Investir dans la recherche, c’est un virage à 180°, explique Didier Chauffaille, qui interviendra dans une table ronde au Parlement des Entrepreneurs d’avenir. Nous avons à notre actif dix programmes de recherche collaboratifs, qui traitent à la fois de produits nano et d’hydrocarbures d’origine végétale ou biologique. »

Des nanosubstances à base de cellulose

Le programme Nahwicel, qui dure trois ans, de 2014 à 2017, en est un exemple. Il consiste à mettre au point des « nanowhiskers » de cellulose, c’est-à-dire des nanosubstances produites à partir d’extraits de pins des Landes pour obtenir des colles sans solvants. « Nous faisons partie d’un consortium qui comprend d’autres entreprises et des instituts de recherche. Le résultat de ce programme pourrait être très utile pour les conduits d’aération des avions ou les joints de caoutchouc dans l’automobile. »

Dès 2006, Emac a embauché des jeunes diplômés, dont un docteur en chimie des matériaux, devenu responsable étude et recherche, et un apprenti en alternance pour prendre en charge les méthodes industrielles. L’entreprise a aussi augmenté la masse salariale dans l’immatériel. Une bonne stratégie car Emac est devenu un spécialiste reconnu des produits nano, et le leader français dans son domaine, en volume et en chiffre d’affaires.

Un caoutchouc respectueux de l’environnement

Mais le caoutchouc, aujourd’hui, provient essentiellement des produits pétroliers. La production de caoutchouc est-elle compatible avec le développement durable ? « J’ai été malmené lorsque j’ai reçu le prix de la RSE en Aquitaine en 2013, sourit Didier Chauffaille. Mais si on peut faire en sorte de trouver des matériaux nouveaux qui ne soient pas d’origine fossile, il faut le faire. Et nous nous appuyons sur ces matériaux pour penser des formules capables de passer le maximum de normes, dont la réglementation européenne REACH. »

Reste que l’industrie du plastique comporte des risques pour la santé. Emac a donc engagé un profond travail sur l’hygiène, la sécurité et l’environnement avec ses clients.

« Effectivement, nos collaborateurs manipulent des huiles et des hydrocarbures qui dégagent des vapeurs, explique Didier Chauffaille. Ils sont équipés de vêtements protecteurs et ils sont habilités à manipuler des produits sensibles. Nous avons aussi installé des systèmes d’aspiration et de ventilation, et nous observons des protocoles du type amiante. Résultat : un taux d’absentéisme en baisse, et une accidentologie proche de zéro. » Par ailleurs, Emac contribuera bientôt à une étude de l’ANSES, unique en France, sur les dangers des poussières pour les travailleurs.

Enfin, Emac s’efforce de suivre les règles de l’OIT et du Global Compact [une initiative des Nations-Unies qui incite les entreprises du monde entier à respecter des principes de management responsable] et d’appliquer un management respectueux des collaborateurs. « Je suis très attaché au mieux-être au travail, c’est un gage de réussite purement sociétal, conclut Didier Chauffaille. L’attachement à la parole donnée, la vision partagée, les échanges d’égal à égal, l’écoute des collaborateurs pour leur apporter des solutions sont de vraies valeurs pour nous. »

EMAC

Texte Pascal de Rauglaudre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *