Partenaire fondateur

Energie Femmes : aider les femmes à réaliser leurs projets

Pour adhérer à Energie Femmes, le nouveau réseau fondé par Minetou N’Diaye, il faut deux conditions : être une femme et avoir de l’ambition. Il est associé au Parlement du Féminin.

 

 

 

Les femmes ambitieuses ont leur réseau ! Il s’appelle Energie Femmes, il comporte 250 membres, et il a été fondé en juillet 2015 par Minetou N’Diaye, une jeune femme de 29 ans, manager dans un cabinet conseil spécialisée dans l’assurance. Le seul critère d’adhésion : avoir un projet et l’ambition de le mener à bien.

À l’origine, Minetou N’Diaye, qui a toujours été sensible aux questions de mixité et de parité, ne parvenait pas à en trouver un où elle pouvait s’investir pour développer des actions concrètes et utiles. « La plupart des réseaux mettent des barrières strictes à l’entrée, avec des modalités d’adhésion décourageantes, comme le diplôme d’une grande école, l’appartenance à un secteur d’activité très précis, l’âge, etc. »
Une seule condition : être ambitieuse
Ces modalités lui apparaissent comme autant d’obstacles insurmontables, surtout pour une jeune femme. Elle décide donc de créer son propre réseau professionnel informel, en y mettant une seule condition : avoir de l’ambition. « Toutes les femmes sont bienvenues, quels que soient leur âge, leur origine ou leur catégorie socio-professionnelle. Nous comptons des étudiantes, des femmes en reconversion et des cadres dirigeantes, et la plus ancienne a 78 ans ! L’énergie vient de la capacité du réseau à accueillir des femmes en provenance des secteurs les plus variés possibles. »
La motivation pour lancer Energie Femmes remonte aux premiers pas de la vie professionnelle de Minetou N’Diaye. Elle s’est retrouvée confrontée à une multitude de situations auxquels ses études ne l’avaient pas préparée : se comporter en entreprise, négocier sa rémunération, interagir avec des clients, changer d’entreprise, etc. Comment trouver les bonnes réponses sinon par le partage d’expériences ?
Au programme des activités d’Energie femmes : des ateliers, des séances de formation, des afterworks tous les troisièmes jeudis du mois, « toujours avec bienveillance », précise-t-elle. « Le but, c’est d’encourager une dynamique pour que ces femmes puissent passer à l’action, en les accompagnant pour monter en compétence sur un sujet, stratégie de communication, négociation commerciale, animation des réseaux sociaux, etc. »
 
Faire le plein d’énergie et de motivation
Minetou N’Diaye choisit un thème présenté par une spécialiste, par exemple : adopter la meilleure posture, parler d’argent avec son N+1, lutter contre les stéréotypes, renforcer l’estime de soi, s’imposer dans une réunion, etc. À chaque fois, une quarantaine de femmes assistent à ces événements. « À la fin, les participantes repartent avec plein de retours d’expérience et de conseils pratiques facile à mettre en œuvre pour faire avancer leur projet. Et aussi qu’elles fassent le plein d’énergie et de motivation ! »
Pour faire connaître Energie Femmes et attirer des adhérentes, Minetou N’Diaye dispose de tous les atouts propres à sa génération : les réseaux sociaux et Internet. « J’ai développé le site du réseau moi-même, au prix de quelques nuits blanches, et j’anime les comptes Twitter et Facebook du réseau. C’est très pratique pour mesurer l’audience des infos et des événements que je lance. »
Quand à sa participation au Parlement du féminin, Minetou N’Diaye n’a pas hésité une seconde : « C’est un projet qui a du sens. Il va au-delà de la communication et propose aux femmes des activités concrètes. Nous ne pouvions pas passer à côté d’une telle occasion ! »

Texte Pascal de Rauglaudre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *