Partenaire fondateur

François Aubriot – DotRiver

DotRiver, dirigé par François Aubriot, conçoit, développe et maintient une technologie complète de virtualisation et centralisation des postes de travail informatique pour toute les entreprises et les administrations.

DotRiver, dirigé par François Aubriot, conçoit, développe et maintient une technologie complète de virtualisation et centralisation des postes de travail informatique pour toute les entreprises et les administrations.

Comment est née l’idée de DotRiver ? Quel est le principe de la solution bureautique que vous développez ?

L’idée de DotRiver est née de plusieurs constats. La bureautique coûte, des coûts cachés, des logiciels, des matériels, des pertes de temps, d’une façon générale c’est presque 50% des budgets informatiques consacrés à la bureautique alors qu’il n’y a pas de valeur ajoutée “métier” à changer des disques durs, installer des anti-virus…

La bureautique ne répond plus aux attentes en terme de sécurité, collaboration, télétravail, mobilité et en plus elle est polluante (la fabrication des PC, les déchets électroniques, les consommations électriques…).

Nos solutions consistent à utiliser le PC comme un simple terminal et de retrouver toutes ses données, celles de l’entreprise, ses données personnelles, ses logiciels, son environnement, sa sécurité, depuis n’importe quel PC ou Mac connecté. L’ordinateur est sur un serveur.
Les singularités de DotRiver sont de n’utiliser que des logiciels libres et open-source et de ne vendre que du service, celui de garantir le bon fonctionnement de toute la bureautique d’une entreprise, d’une administration, d’écoles, d’associations.

Quels sont les avantages d’un point de vue écologique ? Et, comment prend forme votre engagement en matière de RSE ?

D’un point de vue écologique DotRiver permet d’utiliser les matériels existants beaucoup plus longtemps. Actuellement des PC vieux de 10 ans ou plus font de très bons terminaux, alors que la durée de vie d’un PC a diminuée du fait des logiciels qui sont utilisés localement. Doubler ou tripler la durée de vie des équipements existants, utiliser des matériels reconditionnés a non seulement un impact en terme de coûts mais encore plus d’un point de vue écologique.
Si l’on calcul correctement l’impact CO² d’un PC, sur une durée d’utilisation moyenne de 3 ou 4 ans, sa consommation électrique ne représente pas plus de 20%. Les 80% restants de son impact CO² se situe lors de la fabrication et de son recyclage.
Nous pourrions également évoquer les “terres rares” qui entrent dans la fabrication, les matières peu recommandables, voir extrêmement nocives si elles ne sont pas traitées correctement en fin de vie.

Il faut également savoir que la production mondiale de matériels électronique est concentrée en Asie, que ces matériels sont vendus neuf aux États-Unis, en Europe, et que trop souvent les conditions de fabrications sont très discutables d’un point de vue social.

L’utilisation de nos solutions est également intéressante sur le plan de la perception de l’outil informatique. Le fait que tout le monde travaille sur le serveur (et plus en local sur son poste) met au même niveau d’usage un utilisateur de MAC, de PC, de matériel neuf ou ancien.

Enfin, dernier point important, pour fonctionner les solutions DotRiver ont besoin de serveurs. Ces serveurs sont au même titre que les postes, sortis des centres de données au bout de 3 ans – du fait qu’il n’ont plus d’extension de garantie constructeur et que leur valeur comptable est proche de 0 (ils sont amortis sur 3 ans en général). Avec la M@ison de Grigny, le référent régional d’ordinateurs solidaires, nous récupérons ces serveurs, les reconditionnons et les donnons aux associations et fondations qui en ont besoin. Nous aidons donc les associations à baisser leurs coûts de fonctionnement tout en pérennisant leur vie.
Par exemple, la Mairie de Tarare a mis à disposition des associations de la ville un environnement Serveur Solidaire. Notre service a été ici facturé avec une approche “associative”. Cette initiative a pour nom “SolidariCloud”.

Et, comment est perçue votre activité ? Qui sont vos clients ?

Nos clients vont de la crèche associative (Eveil Matins, Lyon 2), aux entreprises petites et grandes comme des spécialistes de la propriété industrielle (Innov group), une entreprises réalisant des zones industrielles vertes, Longbow, le grand café des négociants et la brasserie Gallopin à Paris, des associations tel que Rezopole, Sollicités (Viry-Châtillon) et des écoles (toutes les écoles de Villeneuve sur Lot, Grigny, Tarare, Four 38…).
Nos clients ont compris qu’il est possible d’appréhender l’informatique différemment et qu’il est important de se concentrer sur les usages sans nécessairement succomber aux sirènes du marketing des constructeurs de matériels et des éditeurs de logiciels.

Ci-après un retour de Mme Béatrice Ivaldi de la société Longbow SA à Pusignan

“Quand nous avons rencontré Dotriver pour la 1ère fois, nous avons vu une équipe jeune et passionnée, mais surtout pleine de convictions sur leur produit et leur approche.
Nous avons vu des interlocuteurs disponibles, traitant avec simplicité de sujets compliqués. L’outil nous a séduit, c’était soudainement une évidence que c’est ce qu’il nous fallait… Et nous avons “signé” ! Et je dois dire qu’après 2 ans de “partenariat”, ce sentiment ne s’est pas estompé : nous avons toujours des interlocuteurs disponibles, efficaces, personnellement très impliqués et toujours animés de cette foi en leur outil et en leur vocation ; l’outil est bien aussi génial que nous l’espérions et nous a énormément facilité la tâche en tant que PME sans ressources informatiques internes”.

En tant qu’Entrepreneurs d’avenir, qu’attendez-vous du réseau et comment comptez-vous vous y investir, notamment dans la perspective du prochain Parlement des Entrepreneurs d’avenir en 2013 ?

Le réseau est important pour nous, d’autant plus que nous sommes animés de convictions partagées. Nous souhaitons mettre plus de “liberté” plus d’open-source dans les réflexions des membres. En effet, le logiciel libre introduit la notion de bien commun, pour l’humanité, pour les entreprises, les écoles… et c’est pour nous une valeur très importante. J’espère pouvoir présenter les valeurs fondamentales de l’open-source et faire en sorte qu’elles puissent être au centre des réflexions concernant l’informatique compte tenu des enjeux environnementaux, économiques et techniques.

Une circulaire récente de M. Ayrault du 19 septembre 2012, concernant l'”Usage du logiciel libre dans l’administration” montre également que l’Etat a réellement pris conscience des opportunités offertes par les logiciels libres. Il est demandé que ce document technique soit accompagné à moyen terme par des décisions politiques propres à soutenir la croissance du secteur en France.
C’est pour nous un indicateur important et il peut être calqué sur tous les secteurs d’activités.


DOTRIVER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *