Partenaire fondateur

Glowbl, une réussite numérique française

Avec l’organisation d’une série de webinaires au congrès Big Data Paris 2016, la startup lyonnaise spécialisée dans les visioconférences, ajoute un succès éclatant à son actif.


C’est un vrai succès que Glowbl a fêté en cette fin février 2016. Pour la troisième année consécutive, la startup lyonnaise a accueilli les ateliers de networking virtuels du Congrès Big Data Paris 2016. Pendant cet événement, jusqu’à 1868 utilisateurs se sont connectés pendant les huit sessions de webinaires, l’autre nom des séminaires en ligne, qui réunissaient trente entreprises.

Glowbl ? C’est un outil collaboratif original, lancé en 2011 par Mathieu Labey, qui permet de créer en toute facilité des espaces virtuels de travail partagé pour fluidifier les échanges avec un, dix, voire cent collaborateurs.

Le système est conçu avec suffisamment de souplesse pour s’adapter au maximum d’usages, autour d’un espace central partagé. Très vaste, son spectre d’utilisation s’étend de la famille à l’entreprise, en passant par les séminaires et les formations à distance. « Glowbl, c’est beaucoup plus que vous ne l’imaginez, s’enthousiasme Mathieu Labey. Nous sommes à la fois dans l’ecommerce, l’ebooking, la conférence d’entreprise, l’entertainment, l’événementiel, le politique… Impossible de résumer notre activité en une phrase ! »

Une prise en main ultra rapide

Grâce à son interface ludique et intuitive, la prise en matin de Glowbl est ultra rapide. « Quand ils veulent participer à des chats ou à des événements webstreamés organisés par Glowbl, les utilisateurs se connectent en un clic via leurs comptes Linkedin, Twitter. Pas besoin d’envoyer à l’avance des formulaires ni des numéros de call qui ne marchent jamais. »

Une fois connecté à son profil, l’utilisateur rejoint un livestage, sorte de salle virtuelle, publique ou privée, dans laquelle se déroulent les échanges avec tous les invités. Preuve de la puissance du système : le nombre d’invités est illimité. Les invités se manifestent sous la forme de bulles, et il suffit de rapprocher les bulles pour échanger entre elles. Avec une webcam et un micro, le service se transforme en visioconférence.

Le business model de Glowbl repose sur des partenariats avec de grandes entreprises, des universités, des producteurs d’événements, de salons et de colloques. « Nous avons une large typologie de clients, et notre enjeu consiste à promouvoir de nouveaux usages qui feront appel à de plus en plus de services. » Pendant la COP21, Glowbl a servi d’interface live à la web TV PlacetoB, parrainée par Nicolas Hulot, pour suivre à distance le déroulement de la conférence.

Entreprendre en France ? C’est plus facile que dans la Silicon Valley

Une question brûle les lèvres : à son avis, la France aime-t-elle les entrepreneurs ? « C’est un bon vieux débat tarte à la crème, s’amuse-t-il. La France a une longue tradition d’excellentes idées, qui se vendent ailleurs. En fait, c’est plutôt facile d’entreprendre en France, grâce à toutes sortes d’aides et d’allègements de charges. BPI notamment est une très bonne idée. Ça se gâte lorsqu’il faut accélérer, on n’a plus d’argent, on sollicite les banques, qui ne sont pas coopérantes. En réalité, ce n’est facile d’entreprendre nulle part, et le pire endroit, c’est bien la Silicon Valley ! »

Mathieu Labey parle d’expérience car, après une levée de fonds réussie de 2 millions d’euros en 2014, il a voulu ouvrir une filiale dans la Silicon Valley : « Les prix sont complètement hallucinants. Vous êtes en guerre avec trop de monde, et c’est très difficile de se démarquer. C’est plus simple à Paris qu’à San Francisco ! Aujourd’hui, nous n’avons plus d’équipe sur place et nous gérons nos partenariats depuis la France, mais ce n’est pas la panacée. »
Quand on lui demande quel conseil il donnerait à de jeunes entrepreneurs, sa réponse est courte mais efficace : « La seule qualité nécessaire pour entreprendre, c’est la détermination : il faut être déterminé. »

Glowbl

Texte Pascal de Rauglaudre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *