Partenaire fondateur

Guerlain ouvre son site éco-conçu aux Entrepreneurs d’avenir

Avec La Ruche, une nouvelle unité de production éco-construite, près de Chartres, Guerlain affiche clairement son ambition : devenir la Maison de luxe la plus responsable.

Au cœur de Cosmetic Valley, le pôle de compétitivité spécialisé dans les sciences de la beauté et du bien-être, près de Chartres, Guerlain a inauguré en 2015 une unité de production ultra-moderne. Son nom : La Ruche, en clin d’œil à Abeille Royale, la prestigieuse ligne de soins anti-âge de la marque.

Dans ce bâtiment flambant neuf d’une superficie de 21 000 m2, Guerlain, deuxième marque de parfums et cosmétiques du groupe LVMH, a prévu de produire l’ensemble de ses lignes soin et maquillage pour les 40 prochaines années.

Le 8 mars dernier, Laurent Boillot, son président, a organisé une visite du site spécialement pour les Entrepreneurs d’avenir. Une quarantaine de membres du réseau se sont donc retrouvés au petit matin devant le siège de la Maison, avenue des Champs-Elysées, où les attendait un bus en direction de Chartres.

Blancheur et lumière naturelle

Premier choc dès l’entrée : la lumière naturelle, réfléchie par la blancheur des murs, inonde toutes les pièces et les couloirs, grâce aux immenses baies vitrées ouvertes sur les patios et les pelouses du site.

Les principes de conception bioclimatique de l’usine s’appliquent aussi à la climatisation naturelle, grâce à un puits canadien, aux sanitaires, alimentés par les eaux de pluie récupérées, et à l’eau chauffée par des panneaux solaires thermiques. Tout autour du site, plusieurs ruches ont été installées, et la récolte de miel est partagée entre tous les collaborateurs.

Pour entrer dans le cœur de l’usine, il faut traverser un premier sas, qui ouvre sur une cinquantaine de salles blanches conçues en surpression. Ici sont préparées les poudres et émulsions. La ventilation propulse un air filtré quasi stérile, et tous les opérateurs en salles blanches se changent dans un second sas.

Dosages ultra-précis

Les salles blanches sont équipées de cinq machines ultra-modernes conçues sur mesure par l’industriel VMI. Grâce à ces machines, les dosages des produits gagnent en précision, ce qui permet d’innover et d’imaginer des formules toujours plus complexes, tout en garantissant leur reproductibilité à la perfection.

Dans une des salles, des cylindres remplis de perles de poudre tournent au ralenti sans s’arrêter : ce sont les célèbres Météorites, une spécialité de Guerlain dont la fabrication allie savoir-faire artisanal et très haute technicité.

Après avoir subi un contrôle qualité strict dans un laboratoire au milieu de l’usine, les produits sont ensuite conditionnés sur un grand plateau, équipé d’automates, mais toujours sous la surveillance de salariés experts qualité. Bulles d’air, débordements ou écoulements entraînent automatiquement l’élimination du produit et son recyclage.

Gestion de l’eau, gestion des déchets, économies d’énergie : tous les principes de l’économie circulaire sont appliqués avec rigueur. Ampoules basse consommation et détecteurs de présence rationalisent la consommation d’électricité. Le tri des déchets s’applique aussi aux produits défectueux. Et pour garantir les meilleures conditions de bien-être au travail, les 350 collaborateurs de la Maison Guerlain ont été associés à la conception de l’usine.

Comme ses autres sites, Guerlain a fait certifier La Ruche ISO 14001 (normes d’évaluation des systèmes de management environnemental). Mais il a aussi pris soin d’anticiper l’évolution des normes de fabrication en s’alignant sur les normes ISO8, qui sont celles de la pharmacie, bien au-delà des Bonnes Pratiques de Fabrication (BFP) habituellement en usage dans la cosmétique.

Cet engagement en faveur de l’éco-construction et l’éco-gestion de La Ruche a été récompensé dès juillet 2014 par une certification HQE de l’ensemble du site, mais aussi par la distinction « Engagement Biodiversité » délivrée par l’organisme Ecocert.

Prochain objectif de Guerlain : éco-concevoir tous ses produits d’ici 2020.


Pascal de Rauglaudre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *