Partenaire fondateur

Humanité et fragmentation à l’âge global

Participez à la conférence "Humanité et fragmentation à l'âge global" par Jérôme Bindé, membre du Club de Rome, ancien Sous-Directeur Général Adjoint pour les Sciences Sociales et Humaines et Directeur du Bureau de la Prospective à l'UNESCO, le 9 octobre 2012.


Les mondialisations qui ont précédé celle qui remodèle le monde depuis plusieurs décennies ont toujours tendu à unifier le monde, sur un mode impérial et hégémonique.
La nouvelle vague de mondialisation qui restructure la planète depuis la troisième révolution industrielle, celle de l’information et de l’informatique, diffère profondément des phases de mondialisation qui ont affecté le monde depuis l’antiquité et les voyages de découverte.

Certes elle crée des liens. La logique des réseaux, notamment financiers et virtuels, supplante celle des territoires. Cependant, la nouvelle mondialisation fragmente profondément l’humanité. Son espace a des caractères précis : homogénéité, fragmentation, hiérarchisation. En ce sens, la mondialisation remet en cause l’universel. Elle semble dissoudre la société, et multiplie entre les nations et en leur sein les processus d’ « appariements sélectifs » et donc de séparation, qui travaillent désormais l’économie, l’identité nationale, la structure familiale, l’éducation, le travail et la ville.

L’humanité est aussi profondément fragmentée en profondeur à l’âge global. La mondialisation exerce d’abord une puissante action dissolvante sur les empires multiculturels en crise, hérités de l’histoire, et sur les constructions politiques régionales, comme l’Union européenne. Elle favorise aussi l’essor de quasi-Etats privés, les grandes firmes transnationales.

Elle travaille aussi de manière complexe l’espace étatique mondial. Elle renforce les super-Etats-nations (Etats-Unis, BRICS, etc…), qui sont les principaux bénéficiaires de la mondialisation avec les marchés financiers et les firmes transnationales. Mais elle affaiblit les Etats nations faibles ou déclinants, ainsi que les Etats nations qui ne le sont que nominalement, menaçant de fragmentation la plupart des Etats profondément affectés par des divisions ethniques, religieuses ou même économiques.
La mondialisation fait enfin décliner la démocratie, alors même que celle-ci paraissait avoir gagné du terrain après la fin de la guerre froide.

La mondialisation actuelle fragmente enfin le monde qu’elle était supposée unir, en renforçant la crise du multilatéralisme et du système des Nations Unies, et celle de la « global governance », éloignant ainsi la perspective d’une gestion concertée des problèmes mondiaux et d’une résolution de la crise de surconsommation des ressources évoquée voici déjà quarante ans dans le rapport au Club de Rome Limits to growth.
Trois scénarios prospectifs principaux seront évoqués pour conclure, avec diverses variantes.

* Ecrivain et prospectiviste, Jérôme Bindé est membre du Club de Rome, membre de la World Academy of Art and Science et de son Comité spécial, membre fondateur de l’Académie de la latinité, et ancien sous-directeur général adjoint de l’UNESCO.

Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure et agrégé de l’Université (France), il a été maître de conférences à l’Ecole polytechnique (France), pensionnaire de l’Académie de France à Rome (Villa Médicis), et journaliste dans plusieurs périodiques français de premier plan.

A l’UNESCO, où il est entré en 1984, il a été notamment sous-directeur général adjoint pour les sciences sociales et humaines, directeur du bureau de la prospective, directeur de la division de la prospective, de la philosophie et des sciences humaines, directeur de la division de l’anticipation et des études prospectives, directeur de l’office d’analyse et de prévision, secrétaire exécutif de la Commission mondiale de la culture et du développement (CMCD), membre de droit et directeur de l’office de la CMCD, et secrétaire général du Conseil du futur.
Il a quitté l’UNESCO pour prendre sa retraite en 2010.

Il a créé le programme de prospective de l’UNESCO en vue de détecter les tendances futures et d’identifier des scénarios au niveau mondial, et l’a dirigé durant quatorze ans.
Coordonnateur des Entretiens du XXIe siècle et des Dialogues du XXIe siècle, il est le directeur et le co-auteur de trois anthologies fondées sur ces rencontres scientifiques : Les Clés du XXIe siècle, Où vont les valeurs ? et Signons la paix avec la Terre. Directeur du Rapport mondial de l’UNESCO Vers les sociétés du savoir, il est aussi le principal co-auteur, avec Federico Mayor, du rapport mondial de prospective The World Ahead : Our Future in the Making, qui traite de vingt problèmes mondiaux (en français : Un monde nouveau).
Ces cinq ouvrages ont été publiés dans une quinzaine de langues.

Il a également contribué à nombre de programmes télévisuels ou radiophoniques, et aux pages opinion/débats/idées d’une centaine de journaux de référence des différentes régions du monde.

Mardi 9 octobre 2012 à 17h30

A la Maison de la Chimie, Salle 269

28, Rue Saint Dominique – 75007 Paris

Attention, nombre de places limité !

Confirmation de votre participation par retour de mail obligatoire :

nathalie-deschamps@wanadoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *