Partenaire fondateur

Joyeux anniversaire, We Demain !

En 5 ans, le magazine qui décrypte le nouveau monde s’est fait un nom dans le paysage médiatique. Prochaine étape : devenir un label, explique Jean-Dominique Siegel, son cofondateur.


We Demain fête ses 5 ans ! Et c’est une véritable performance, dans un secteur plutôt en crise comme celui de la presse aujourd’hui.

Pour l’occasion, le magazine trimestriel sort un numéro anniversaire encore plus épais que d’ordinaire.

En couverture, une illustration originale d’Enki Bilal. À l’intérieur, dix personnalités partagent leur vision du monde en 2030 : le journaliste et écrivain Kamel Daoud sur la démocratie ; l’économiste Daniel Cohen sur l’économie ; l’ancienne navigatrice Ellen MacArthur sur l’environnement ; Isabelle Kocher, Pdg d’Engie, sur l’entreprise ; le chirurgien Laurent Alexandre sur l’homme et la machine ; Martin Hirsch, directeur de l’Assistance publique, sur la santé ; l’aéronaute suisse Bertrand Piccard sur les transports ; le psychanalyste Miguel Benasayag sur l’homme ; et enfin, Idriss Aberkane, conférencier et éditorialiste, sur le savoir.

Sans oublier les reportages inédits qui font la force du magazine sur l’école de demain, la voiture sans chauffeur, la Chine ou encore les coraux.

Décrypter le monde qui vient

« Après l’effondrement de la banque Lehman Brothers en 2008, nous avons senti qu’un nouveau monde était en train de naître et qu’il fallait le décrypter, se souvient Jean-Dominique Siegel, patron du groupe de presse GS Presse, avec son frère François. Nous avons imaginé plusieurs concepts, avant d’opter pour un magazine généraliste qui aborde les thèmes de société à travers le prisme de cette mutation. Et We Demain est né en 2012. »

Avènement de la société du partage, préoccupations écologiques, explosion des innovations technologiques : il y avait un créneau à occuper pour « faire comprendre » le changement d’époque. « Nous avons choisi la formule du ‘mook’, qui mélange le livre et le magazine, comme XXI, c’est-à-dire une belle revue qu’on a du plaisir à compulser. Ce qu’on raconte, vous ne le lirez pas ailleurs, et c’est la force de We Demain. »

Cinq ans après son lancement, le magazine, partenaire des Parlements des Entrepreneurs d’avenir, s’est fait un nom dans le secteur de la presse magazine. « Nous tirons chaque numéro à 28 000 exemplaires, et les ventes oscillent entre 18 et 20 000 exemplaires par mois, en fonction des numéros, explique Jean-Dominique Siegel. La fidélité est bonne parce que nous travaillons sur un éventail de réseaux assez large : abonnements et ventes en kiosque, bien sûr, mais aussi ventes en librairie, brand content, partenariats avec les entreprises et ventes sur le site Internet. »


Vers un label « We Demain »

Au-delà du magazine, les fondateurs voudraient capitaliser sur ce succès pour faire de We Demain un label. C’est ainsi qu’en septembre prochain, le premier forum We Demain, à Issy-les-Moulineaux, aura pour thématique « Sécurité et résilience », avec le psychiatre Boris Cyrulnik notamment.

Plus tard, ils ambitionnent d’ouvrir une Maison We Demain, avec un espace de coworking et d’événementiel. « Même si on gagne encore peu d’argent, We Demain nous a redonné la passion de faire ce métier. Décrypter le monde qui vient, ça nourrit nos rêves, et j’aimerais être à la place des jeunes d’aujourd’hui ! »


wedemain.fr


Texte Pascal de Rauglaudre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *