La Fenêtrière : une PME engagée pour l’écologie et le Made in France

Découvrez l’interview de Catherine Guerniou, à la tête de La Fenêtrière, spécialisée dans la fabrication de menuiseries extérieures en circuit court. Récompensée lors du Grand Prix de l'Entrepreneur Made In France, elle vise à faire de son entreprise une entité régénérative d'ici 2030.

 

Entrepreneurs d’avenir : Vous dirigez une PME, La Fenêtrière, qui fabrique en circuit court de la menuiserie extérieure. Pouvez-vous nous évoquer votre parcours à la tête de cette entreprise ? Sa création et son développement ?

Catherine Guerniou : La Fenêtrière est une entreprise familiale qui va avoir 40 ans en 2024 et je l’ai reprise en 2005.
Aujourd’hui La Fenêtrière, c’est une équipe de 14 collaborateurs & collaboratrices dédiée à la fabrication de menuiseries extérieures pour les professionnels du bâtiment à Paris & en Ile de France, 95% de notre marché est la rénovation énergétique des bâtiments.
Tout notre développement est basé depuis des années sur l’importance de la production de proximité qui favorise de développement économique de notre territoire et qui limite considérablement l’impact carbone pour les chantiers parisiens et franciliens. L’importance de cette proximité favorise aussi une sécurité pour nos clients sur la traçabilité de nos menuiseries. Nous sommes Origine France Garantie depuis 2022.
Bien entendu toute cette démarche est viable car elle intègre également une économie circulaire de plus en plus précise et une responsabilité sociétale très engagée. Nous sommes labellisés RSE engagé niveau confirmé par l’AFNOR depuis cet été 2023.
Nous avons inscrit notre raison d’être dans les statuts de notre entreprise en juin 2023

Vous venez d’être récompensée dans le cadre du grand Prix de l’Entrepreneur Made In France. Comment expliquez-vous cette récompense ?

Cette récompense a une approche multiple je pense, elle répond bien entendu à notre engagement d’une production française, de proximité et de qualité tout en y intégrant nos valeurs engagées. Elle met aussi en avant mes différents mandats nationaux où je valorise l’importance du fabriqué en France C’est une belle récompense qui met aussi en avant le travail de toute mon équipe, qui est engagée à mes côtés.

Vous avez engagé votre entreprise dans une transition écologique. Vous êtes d’ailleurs “Entrepreneure d’avenir”. Comment menez-vous ces transitions et quels sont vos objectifs ?

Mon objectif est de devenir une entreprise régénérative à l’horizon 2030 et j’ai mis en place un plan d’action afin d’avancer dans cette trajectoire. Il est important de prendre le temps pour bien construire cette transformation économique et sociale.
Je suis déjà engagée depuis un bon nombre d’années mais il est vrai qu’en ayant fait la Convention des Entreprises pour le Climat, j’ai de suite souhaité engager une accélération dans notre transformation . Après 9 mois de parcours j’ai écrit notre feuille de route.
Ce qui a été intéressant au fil des semaines beaucoup de choses se sont mis en place naturellement, se sont présentées sur mon chemin !
Ce que je préfère avant tout c’est de partager, d’échanger, de tester et de voir comment à notre échelle on arrive à bouger notre impact.

Vous êtes engagée sur tous les fronts. Membre de la CPME, et représentante de ce syndicat au Conseil économique, social et environnemental. Vous êtes vice-présidente nationale et Présidente de la Transition écologique et de la RSE à la Fédération Française du Bâtiment. Quel sens donnez-vous à ces engagements ?

Je porte la parole des PME à travers différentes instances et j’essaie de voir les impacts que vont avoir les politiques publiques sur nos entreprises. Avec nos organisations professionnelles nous sommes également forces de propositions pour intégrer et adapter les enjeux de demain dans nos PME ! J’accompagne aussi mes collègues entrepreneur.es dans le développement de la transition écologique et de la RSE au sein de leurs entreprises. L’acceptabilité de tous demande du temps même si nous savons qu’il est compté !

Ce qui est également très intéressant dans cette 3 ème assemblée de la République où la société civile s’exprime, c’est tout un art du dissensus pour réussir un consensus.
Je dois dire que c’est très formateur et fort utile dans bien d’autres situations.

Vous soutenez le Parlement des Jeunes qui se tiendra au CESE le 14 décembre. Pourquoi soutenir cette dynamique inédite qui va donner la parole aux jeunes ?

Les jeunes sont la richesse de nos entreprises de demain ! Il est donc essentiel de partager, d’échanger, d’écouter en leur donnant la parole et en construisant avec eux ! Ce format du Parlement des Jeunes est une belle réussite

Et puis, il y a très peu d’occasion où les jeunes peuvent s’exprimer sur nos sujets de sociétés. J’ai hâte d’être au 14 décembre pour découvrir tout le travail de fait.

Plus d’infos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je m'inscris à la newsletter