Partenaire fondateur

La responsabilité sociale des entreprises (Saint Herblain)

La responsabilité sociale des entreprises Extraits tirés du site web de la ville de Saint-Herblain (44)

Extraits tirés du site web de la ville de Saint-Herblain (44)

A l’échelle des Pays de la Loire, c’est la seule commune à avoir signé une convention avec la Chambre régionale de l’ESS. La responsabilité sociale des entreprises intervient dans ce cadre et la municipalité entend mettre en œuvre les outils nécessaires pour la développer.



Une table ronde jeudi 20 janvier

Pour faire connaître et comprendre ce qu’est la responsabilité sociale des entreprises, la Ville de Saint-Herblain organise une table ronde sur ce thème jeudi 20 janvier à 18h30 à la Maison des Arts. Elle sera animée par André Sobczak, professeur à l’école de commerce et de management Audencia, Stéphanie Paix, directeur général de la BPBA, Corinne Le Bellour, directrice du GEIQ Propreté, et Jacques Huybrechts, fondateur du réseau des Entrepreneurs d’avenir. Toutes les entreprises herblinoises sont invitées à apporter leurs témoignages.

TROIS QUESTIONS à Fabienne Renaud, Adjointe déléguée à l’économie sociale et solidaire

Pourquoi la Ville de Saint-Herblain s’engage-t-elle sur ce thème de la responsabilité sociale des entreprises ?

Depuis cette année, une fiche de l’Agenda 21 communal porte sur la RSE. C’est important que la Ville développe une action d’entraînement et de valorisation des entreprises engagées dans ce processus. Le but est que ces entreprises aient de la visibilité et partagent leur expérience.

La RSE est-elle autre chose qu’un vernis de bonne conscience ?

La crise financière de 2008 a été le déclencheur pour que les entreprises s’intéressent à ce sujet. Il s’agit en effet de remettre de l’éthique dans l’action économique. Des indicateurs ont été créés à l’échelle mondiale, telle la norme ISO 26000 qui mesure la gouvernance. Bien sûr, des pièges sont à éviter comme le « greenwashing », c’est-à-dire la tentative de certaines entreprises d’afficher de bonnes pratiques environnementales mais de ne rien en faire.

Que peut faire une ville comme Saint-Herblain dans ce domaine ?

Les collectivités locales sont elles aussi concernées par ce type de démarche. Sur le plan social, elles intègrent de plus en plus des clauses d’insertion dans leurs marchés publics. Cela permet à des personnes éloignées de l’emploi de retravailler et de se former. Sur le plan environnemental, les services des espaces verts communaux utilisent moins de pesticides qu’avant par exemple. L’ambition de Saint-Herblain est de rédiger une charte RSE afin de fédérer les entreprises herblinoises sur ce thème. L’idée est de travailler avec elles sur plusieurs points de la norme ISO 26000. Un comité de pilotage va s’organiser et proposera un texte de charte lors du conseil municipal de juin 2011. A l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, nous traiterons de la question de l’égalité hommes/femmes au sein de l’entreprise. La charte RSE devrait être signée lors de Place Publique d’octobre 2011. Nous souhaitons aussi que les entreprises désireuses de se positionner sur des marchés publics dans le cadre des clauses d’insertion soient signataires préalablement de la charte RSE.


ENTRETIEN avec André Sobczak, Professeur à Audencia, à la tête de l’Institut pour la responsabilité globale dans l’entreprise

Depuis quand la RSE existe-t-elle ?


Cette notion a toujours existé car une entreprise ne peut pas vivre durablement sans se préoccuper des hommes et de l’environnement. Pendant les périodes de croissance, la RSE se fait plus naturellement qu’en période de crise et de mondialisation. Au 19ème siècle, on parlait d’entreprises paternalistes. Par exemple, elles construisaient du logement social pour leurs salariés. Depuis les années 90, on a oublié qu’il y avait un lien entre l’économique et le social. Aujourd’hui, tout se sait. La communication (télévision, internet) permet d’avoir une meilleure connaissance des produits et de leur fabrication. Une prise de conscience générale (citoyens, ONG, salariés, médias, hommes politiques…) émerge peu à peu et fait bouger la société.

Qu’est-ce que la norme ISO 26000 et qu’apporte-t-elle ?

C’est une norme internationale qui permet de juger les entreprises sur sept thèmes essentiels : la gouvernance, les droits de l’homme, les conditions de travail (emploi, développement des ressources humaines et formation professionnelle, santé et sécurité au travail, protection sociale, dialogue social), la protection de l’environnement, les bonnes pratiques des affaires, les consommateurs (consommation durable, protection de la vie privée, accès aux services essentiels) et l’engagement sociétal (ancrage territorial, création d’emplois…). Aucune entreprise ne peut être parfaite sur les sept points de la nouvelle norme ISO 26000. En revanche, ça doit être son ambition. Sur des enjeux sociétaux, ça bouge en permanence, il faut constamment se mettre en conformité.

La RSE est-elle possible alors que les consommateurs occidentaux achètent des produits chinois ?

La Chine est le pays des contrastes. On y trouve toutes sortes d’entreprises, des plus archaïques aux plus modernes. En effet, on ne peut pas ignorer les conditions de fabrication d’un tee-shirt à 5 €… Aux acheteurs de savoir si cela a un sens de faire venir ce type de marchandise de l’autre bout de la planète. Cependant, il faut savoir que ces questions de la RSE intéressent les chefs d’entreprise du monde entier. Si cette notion a du mal à s’implanter aux Etats-Unis (sauf en Californie), elle se propage bien en Europe, en Amérique latine, au Japon.

La RSE est-elle bien développée dans les Pays de la Loire ?
Oui, c’est un territoire plus mobilisé qu’ailleurs en France. Cela vient de la forte présence du secteur agro-alimentaire. Tous les secteurs commencent à s’y mettre. Même la grande distribution s’y intéresse. Exemples : l’enseigne Monoprix qui utilise la Seine pour remonter des marchandises jusqu’à Paris puis les voies du RER. Leclerc qui s’engage pour ne plus utiliser de prospectus en papier d’ici 2020.

Lire la suite sur le site de la ville de Saint Herblain

Article publié le 30.12.10

© 2009 SAINT-HERBLAIN.FR Le site officiel de la ville de Saint-Herblain

Hôtel de ville : 02 28 25 20 00

Directeur de publication : Charles Gautier

Co-directeur de publication : Bertrand Affilé

Responsable de communication : Corinne Ronsin
Rédaction : Annie Gouzien – Christine Abolivier
Photos : Service Communication Mairie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *