Partenaire fondateur

L’€cobox, c’est pratique pour recycler le plastique

Adieu les bouteilles en plastique enfouies, incinérées ou perdues dans l’océan : avec l’€cobox, elles peuvent être récupérées très facilement, puis compactées pour être immédiatement recyclées par les industriels. Ce système simple, pratique et incitatif a été conçu par Larbalétier, spécialiste de l’agencement dédié à la distribution. Cristelle Choiselat, sa directrice générale, nous en explique les enjeux.

En France, selon Eco-emballage, à peine une bouteille en plastique sur deux est recyclée ; l’autre finit incinérée, enfouie, ou se perd au milieu des océans. Résultat : un gâchis phénoménal de matières premières et une pollution dramatique des écosystèmes.

Mais il existe désormais des solutions pour améliorer cette piètre performance. L’€cobox, par exemple : cette machine, qui ressemble furieusement à la consigne, capte et recycle les bouteilles en PET (PolyEthylène Téréphtalate), une matière plastique transparente qui sert à fabriquer les bouteilles d’eau, de sodas et de jus de fruits, et qui présente l’avantage d’être recyclable à l’infini.

Le principe de l’€cobox est très simple : le consommateur final dépose ses bouteilles dans la machine, qui les identifie au moyen d’un code barre, et il reçoit en échange un bon d’achat, tout en faisant un geste citoyen pour la planète. Derrière la paroi, l’€cobox broie les bouteilles en copeaux de plastique, les compacte et les conditionne sur place pour faciliter leur transport. Grâce à ce système, les industriels récupèrent une matière première prête à être immédiatement recyclée pour fabriquer à nouveau des bouteilles ou des fibres de laine polaire. En théorie, 100 % des bouteilles en plastique usagées peuvent donc être recyclées.


Recycler au maximum les matériaux

L’€cobox a été mis au point par Larbalétier, une entreprise qui produit du mobilier pour les jardineries, fleuristes et grandes surfaces depuis 1977. « Nos produits sont essentiellement en aluminium, un matériau entièrement recyclable, et nous sommes engagés de longue date dans leur recyclage quand les clients souhaitent en changer, explique Cristelle Choiselat, directrice générale de Larbalétier. Nous étions donc tout à fait légitimes pour relever le challenge de l’€cobox, dont la structure est fabriquée en aluminium. » Cet engagement RSE a été récompensé par Generali, qui a attribué à Larbalétier le label « Agir pour notre avenir ».

Pour faire aboutir ce projet, Larbalétier a sollicité plusieurs gros utilisateurs de bouteilles en PET, avant de conclure un accord avec un producteur d’eau minérale qui souhaitait un développement spécifique. « Nous avions la capacité de fabriquer le boîtier extérieur, et nos équipes ont travaillé sur l’agencement interne de la machine pour installer le système de broyage des bouteilles, poursuit Cristelle Choiselat. Le développement a représenté un énorme investissement, notamment pour garantir la fiabilité de la machine, et la protéger du vandalisme. » Quant au financement final, il est assuré par la grande surface qui commande les machines, ou par l’industriel qui a besoin de la matière.

Le PET n’est pas la seule matière plastique qui sert à produire des bouteilles et Larbalétier a développé l’€cobox pour recevoir d’autres matériaux. « Notre premier client ne voulait traiter que des bouteilles en PET, mais nous avons conçu plusieurs versions en fonction des besoins de nos clients, pour récupérer aussi les PEHD et les bricks de lait. »

Aujourd’hui, les vingt machines installées dans le Nord-Pas-de-Calais collectent entre 45 et 50 000 bouteilles par jour, soit un total de 115 tonnes au cours des six derniers mois. Sachant qu’une tonne de PET recyclée correspond à 2,29 tonnes d’équivalent CO2, ce ne sont donc pas moins de 263,65 tonnes d’équivalent CO2 qui ont été économisées. « Autant de bouteilles qui ne finiront pas dans la nature, ni enfouies ni brûlées, se réjouit Cristelle Choiselat. D’ici fin 2017, nous avons prévu d’installer une centaine d’autres €cobox sur l’ensemble du territoire français. Nous sommes le maillon d’une économie circulaire très courte et les consommateurs sont très friands de ce système. »

www.ecobox-pet.com

Texte Pascal de Rauglaudre

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *