Partenaire fondateur

N’ayons pas peur de l’économie collaborative

Dans Ensemble on va plus loin, son nouveau livre, Gaëtan de Sainte-Marie, pdg de PME Centrale, synthétise tous les avantages que le collaboratif peut apporter à l’économie traditionnel.


C’est une véritable ode à l’économie collaborative qu’a composé Gaëtan de Sainte-Marie, fondateur de PME Centrale, une centrale d’achats collaborative destinée aux PME, dans Ensemble on va plus loin, le nouveau livre qu’il vient de publier (co-écrit avec Antoine Pivot). Cette réflexion vient à point nommé, au moment où le gouvernement planche sur la réglementation de ce nouveau secteur d’activité. Un rapport parlementaire remis au Premier ministre au mois de février dernier prône plus de régulation et un encadrement fiscal de l’économie collaborative.

Gaëtan de Sainte-Marie rappelle tout d’abord combien l’économie collaborative n’est pas nouvelle : les coopératives agricoles ont existé bien avant Airbnb. Ce qui change la donne, ce sont les moyens de communication qui permettent d’atteindre immédiatement un niveau mondial.

Le collaboratif pour innover et se transformer

Son postulat de départ est le suivant : toutes les entreprises, dans tous les secteurs, y compris les moins attendus comme l’industrie, devront s’inspirer de l’économie collaborative, tout simplement car elles ne pourront pas y échapper. Certaines entreprises sont enfermées dans des process qu’elles ne parviennent pas à remettre en question, mais ces dysfonctionnement et ces lourdeurs représentent autant d’opportunités à saisir pour d’autres entrepreneurs qui savent écouter le marché et repérer les tendances.

C’est à cela que le collaboratif doit servir : innover et se transformer, suggère l’auteur, et cette règle s’applique à n’importe quelle entreprise, de la TPE à la grosse PME. Il ne faut donc pas voir l’économie collaborative comme une ennemie mais plutôt comme « la meilleure façon de ne pas se faire doubler par un nouveau concurrent ou par une innovation qu’on n’aurait pas vu venir ».

S’appuyant sur les exemples réussis de l’économie collaborative (Blablacar, KissKissBankBank, etc.), Gaëtan de Sainte-Marie explique que celle-ci procure les outils pour s’adapter au monde de demain. Dans ce monde, le partage des ressources, le retour direct sur les prestations, la confiance des utilisateurs, la fluidité du management et l’agilité de la stratégie transformeront les business models, avec des signes forts : la confiance, l’échange et le partage.

L’économie collaborative a besoin d’agilité

Faut-il encadrer l’économie collaborative ? S’il ne s’y oppose pas par principe, Gaëtan de Sainte-Marie soutient que la solution ne peut pas passer par une grande loi qui risquerait de brider les entrepreneurs, alors que ceux-ci favorisent le développement économique et participent à la diminution du chômage. « L’économie collaborative a besoin d’agilité, insiste-t-il, il ne faut pas l’étouffer. »

Actuellement, la France vit un moment favorable à l’entrepreneuriat, et l’économie collaborative s’inscrit dans ce processus. Les monopoles généralistes apparus ces dernières années (Airbnb, Uber) ne sont pas des menaces, car ils vont engendrer dans leur sillon la création d’autres entreprises, plus spécialisées. D’ailleurs, arrêtons d’utiliser le mot « uberisation », avance Gaëtan de Sainte-Marie, parlons plutôt de « feu d’artifice », c’est-à-dire d’opportunités de développement pour les PME et l’économie.

Ensemble on va plus loin, de Gaëtan de Sainte Marie et Antoine Pivot, Éditions Alisio, 2016, 287 p., 22 €

Gaëtan de Sainte-Marie a fondé en 2001 PME Centrale, une centrale d’achats. Quinze ans plus tard, PME Centrale compte 4500 PME adhérentes, représentant 68000 salariés. Elle génère 75 millions d’euros de volume d’achats chaque année.

Texte Pascal de Rauglaudre


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *