Partenaire fondateur

Pour l’ARSEN, la Normandie rime avec excellence

On ne le sait pas assez, mais les savoir-faire de Normandie sont reconnus dans le monde entier. Fondée il y a deux ans, l’ARSEN s’est donnée pour mission de les soutenir dans leur quête d’excellence. Bilan d’étape par son président, Luc Lesénécal, qui est aussi président des Tricots Saint-James.

 

La Normandie, terre d’excellence. On ne le sait pas assez, mais les savoir-faire des entreprises normandes sont reconnus dans le monde entier. Pour les mettre en valeur, l’Association Régionale des entreprises des Savoir-faire d’Excellence Normands (ARSEN) a été fondée il y a deux ans avec le soutien de la Région Normandie. Aujourd’hui elle regroupe une quarantaine d’entreprises, dont plusieurs Entreprises du Patrimoine Vivant (EPV). Bilan d’étape par son président, Luc Lesénécal, qui est aussi président des Tricots Saint-James.

Entrepreneurs d’avenir – En deux ans, quels chantiers avez-vous lancés ?

Luc Lesénécal – Ce qui intéresse les entrepreneurs, ce sont les actions concrètes. Je vous en donne quatre exemples. Nous avons réalisé 25 films sur le savoir-faire de nos adhérents, d’1min30 chacun et sous-titrés en anglais et en espagnol. Ils sont très utiles aux entreprises dans leurs démarches commerciales. Nous avons participé à deux éditions du salon du Made in France à Paris, où nous avons reconstitué un vrai village normand. Nous sommes partis en délégation à l’export avec le président de la Région, Hervé Morin, en Corée du Sud en 2017 et en Colombie en 2018. Nous chassons en meute ! Enfin, tous les deux mois, nous organisons des petits-déjeuners thématiques avec des spécialistes autour de l’export, de la sécurité informatique, etc.

Concrètement, quels savoir-faire d’excellence trouve-t-on en Normandie ?

Ils sont très variés ! Certains sont liés à un terroir, comme la coopérative d’Isigny-Ste-Mère, devenue EPV pour sa mimolette ; les Parapluies de Cherbourg, dernier fabricant de parapluies en France ; les filets à provisions Filt, à Caen. D’autres, à l’histoire de la région : la chocolaterie Cluizel, à Damville ; la biscuiterie Jeannette, à Caen ; l’ébéniste James et les Tricots Saint-James, dans la Manche ; les lampes Berger ; les casseroles Mauviel, etc.

Comment ces entreprises se développent-elles ?

Je vois deux axes principaux de développement. Le premier, c’est l’export. Les entreprises de l’ARSEN exportent beaucoup, parce qu’elles bénéficient de plusieurs atouts : leurs savoir-faire d’excellence, le label EPV, et aussi la très bonne réputation de la Normandie à l’étranger, grâce à son histoire. Après l’Ile-de-France, c’est la région la plus connue des Américains ! L’autre, c’est le tourisme de savoir-faire. Certaines entreprises réalisent une grosse part de leur chiffre d’affaires sans jamais voyager, simplement parce qu’elles sont incluses dans les circuits de visite de la région. Leurs boutiques de vente font le plein. Proposer des visites, c’est le meilleur moyen de se faire connaître.

Qu’avez-vous prévu au programme de 2019 ?

Nous allons retourner au salon du Made in France à Paris à l’automne, avec une trentaine d’entreprises. En septembre, nous sommes invités à New York au premier salon de la French Fashion Week, un événement original qui intéresse surtout les EPV de la mode (Tricots Saint-James, Parapluies de Cherbourg, épingles Bohin). Enfin nous allons refaire une série de films en 3D avec l’agence Je viens bosser chez vous, pour dévoiler les coulisses des entreprises. Ces films seront destinés aux recruteurs.

Les entreprises de l’ARSEN ont du mal à recruter ?

Oui, la Normandie connaît l’un des taux de chômage les plus faibles de France, et nous faisons face à une pénurie de personnel qualifié. Il faut dire que la formation est un enjeu vital pour nos entreprises. Voyez les Tricots Saint-James, mon entreprise : nous avons une spécialité, la fixation du col au corps du pull maille par maille. Il faut compter 18 mois de formation avant d’être opérationnel. Nous avons dû former des personnes pour qu’elles-mêmes forment de nouveaux employés !

 

Pascal de Rauglaudre

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *