Partenaire fondateur

RSE à l’Assemblée nationale

Birdeo, membre d'Entrepreneurs d'avenir et adhérent à l'ADD (association professionnelle des conseils en DD et RSE) était présent au 2nd séminaire national sur la RSE. Placé sous la présidence de Monsieur Pancher, député de la Meuse et co-rapporteur du Grenelle, il a eu lieu le 3 avril dernier à l'Assemblée Nationale. Synthèse de cet événement.


Birdeo, membre d’Entrepreneurs d’avenir et adhérent à l’ADD (association professionnelle des conseils en DD et RSE) était présent au 2ème séminaire national sur la RSE. Placé sous la présidence de Monsieur Pancher, député de la Meuse et co-rapporteur du Grenelle, il a eu lieu le 3 avril dernier à l’Assemblée nationale. Synthèse de cet événement.

Une revue des positions européennes
Monsieur Doucin, Ambassadeur en charge de la RSE, a fait un état des lieux du projet de la Commission européenne. Il a insisté sur la planification « néo-gaullienne » que chaque Etat doit créer pour susciter le dynamisme en la matière.
Il a attiré notre attention sur le fait que la France, qui était en avance à l’époque du Grenelle, pourrait se voir aujourd’hui distancer par des pays plus entreprenants pour déployer la RSE, même parmi les pays les plus libéraux.

Objectifs des propositions de l’ADD

Ces propositions, faites par l’ADD (association professionnelle des conseils en DD et RSE), ont chacune été évaluées au cours d’une table ronde par les différents acteurs présents (Forum Citoyen pour la RSE, CFDT, Medef, FIR, C3D et le directeur DD de la Caisse des Dépôts).
Elles sont destinées ensuite à l’élaboration d’une communication publique en vue de faire progresser l’organisation collective de la RSE en France.

Présentation de 5 propositions

1- Disposer d’une plate-forme française de dialogue RSE entre les acteurs pour proposer, se concerter et faire converger les projets.

2-Apporter le soutien français large au projet de la Commission Européenne, de définition et de stimulation de la RSE, et en vue d’améliorer la transparence extra-financière des entreprises.

3-Contribuer à placer la RSE dans la régulation des échanges internationaux afin que le droit du commerce se fonde sur la reconnaissance des droits sociaux et environnementaux.

4-Inciter les acteurs de marché en Europe à reconnaître l’utilité du reporting social-environnemental-sociétal (dit extra-finanier) dans le cadre des marchés de titres, des appels d’offre, des produits d’épargne.

5- Assurer l’animation continue et régulière au niveau européen d’un forum de parties prenantes pour suivre et évaluer cette politique auprès de la Commission, en lien avec le Parlement, le CESE et les acteurs nationaux.

Geneviève Ferone a conclu ce temps de dialogue par la formule « La RSE est l’antidote au transhumanisme ! »

Virginie Langlois
Corail communications

http://www.linkedin.com/pub/virginie-langlois/18/734/258

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *