Partenaire fondateur

Signaléthique et Euro-Nat : quand l’engagement mène aux résultats

L’édition 2009 du prix " Entreprises et Environnement " a eu lieu le 1er décembre dernier. Cette récompense distingue huit entreprises pour leurs initiatives innovante en matière de développement durable. Les sociétés Euro-Nat et Signaléthique, dirigées par des Entrepreneurs d'avenir, font partie des lauréats.

L’édition 2009 du prix ” Entreprises et Environnement ” a eu lieu le 1er décembre dernier. Organisée par le ministère de l’Ecologie en collaboration avec le Crédit Coopératif, l’association Orée et l’Ademe, cette récompense distingue huit entreprises pour leurs initiatives innovante en matière de développement durable. Les sociétés Euro-Nat et Signaléthique, dirigées par des Entrepreneurs d’avenir, font partie des lauréats.

Avec Signaléthique qui a reçu le prix “Coopération internationale pour le développement durable”, le traditionnel
panier gourmand offert aux collaborateurs pour les fêtes sera solidaire ou ne sera pas… L’idée : proposer aux entreprises
des produits issus du commerce équitable, à destination de leurs salariés ou de leurs clients.

Débutée il y a
cinq ans, l’aventure est avant tout celle d’un entrepreneur, Nicolas Saillard, soucieux de faire se rencontrer le
monde de l’entreprise et l’engagement citoyen. “En étudiant le marché, j’ai réalisé qu’il existait beaucoup de boutiques
spécialisées dans le commerce équitable mais rien à destination des professionnels”, raconte ce jeune patron.

Echarpe en soie du Laos, maroquinerie ou encore presse-papier en pierre de savon… Tous ces objets proviennent
d’une dizaine de coopératives d’Asie du Sud-Est, membres de la WFTO*, que Signaléthique soutient également en
finançant des programmes sociaux. Par exemple, à Calcutta en Inde, les employés d’une coopérative partenaire
bénéficient grâce à Signaléthique d’une couverture sociale. Une démarche globale qui séduit une centaine de clients
réguliers. “Mais rien n’est simple, commente Nicolas. Chaque nouvelle commande est le fruit d’un processus très
long, de rencontres, de discussions pour les convaincre.” Car, selon lui, si la protection de l’environnement est une
évidence, les pans sociaux et économiques du développement durable sont encore trop peu connus.


Une politique globale de développement durable

Autre entreprise récompensée, dans la catégorie ” Management et initiatives pour le développement
durable “, la société Euro-Nat, basée à Peaugres en Ardèche. Depuis plus de 20 ans,
Didier Perréol, son dirigeant, a fait du bio un combat personnel et du quinoa son produit
vedette. ” Fils d’agriculteur, j’ai toujours été passionné par la nature, explique Didier. Mais c’est
ma première femme qui m’a fait découvrir le bio.” Aujourd’hui parmi les leaders du marché,
Euro-Nat fabrique et commercialise de nombreux produits issus de l’agriculture biologique,
principalement en magasins spécialisés.

Depuis 2008, Didier Pérréol, dans un souci de cohérence,
pousse sa démarche environnementale jusque dans les murs de sa société ; pour améliorer
l’environnement de travail de ses salariés et diminuer l’impact écologique d’Euro-Nat. ”
Nous avons installé des éoliennes, mis en place des panneaux solaires ou encore responsabilisé
chaque employé au tri sélectif”, explique-t-il. Ces efforts collectifs ont fait leurs preuves :
Euro-Nat a fait évoluer sa part d’énergie verte de 10 %, réduit de 50 % le volume de ses déchets et de 58 % sa
consommation d’eau. Pour le bien-être des employés, une cantine bio a été créée et les bureaux ont été agencés
selon les principes du feng-shui, cet art chinois millénaire, dont le principe est d’harmoniser l’énergie d’un lieu.


Une compétitivité affirmée

Ces deux exemples sont la preuve que l’entreprise peut produire de façon citoyenne tout en restant compétitive. Signaléthique est ainsi passée de 1 à 6 salariés en cinq ans, augmente son chiffre d’affaires d’environ 20 % chaque année et diversifie son offre en lançant en 2010 des coffrets et des chèques cadeaux équitables. Quant à Euro-Nat, avec 175 salariés, et 22 % de croissance en 2009, le groupe est l’un des plus dynamiques du département.

Cependant, les difficultés sont encore bien présentes, notamment pour les entreprises débutantes, comme l’explique Nicolas Saillard : ” Beaucoup de belles initiatives ont du mal à se développer, les investisseurs sont encore trop craintifs. Les fonds d’investissement adaptés aux activités responsables doivent se multiplier.” Ces difficultés d’implication sont confirmées par Didier Pérréol : ” Sensibiliser au bio et à la RSE est un travail permanent au niveau local. Après 20 ans, cela commence à porter ses fruits.”Un exemple de réussite : le maire de Peaugres, où est installée Euro-Nat, a mis en place une cantine bio pour les salariés de la ville.

* l’organisation mondiale du commerce équitable www.wfto.com
www.signalethique.fr
www.euro-nat.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *