Partenaire fondateur

Solaire nomade pour tous

Dracula Technologies, une startup de Valence, lance une levée de fonds pour développer des panneaux photovoltaïques de troisième génération, et rendre l’énergie solaire accessible à tous.


Les objets connectés envahissent notre quotidien et pourtant, ils se heurtent à un obstacle de taille : leurs multiples fonctions raccourcissent leur autonomie. Dracula Technologies, une startup implantée à Valence, dans la Drôme, a une solution : une technologie d’impression numérique issue d’un projet collaboratif regroupant un laboratoire et deux entreprises industrielles. « Le moteur d’impression développé dépose de minces couches de polymères conducteurs sur des films plastiques souples qui sont ensuite encapsulés. Ces polymères fonctionnent comme des capteurs photovoltaïques organiques capables de générer du courant électrique, explique Brice Cruchon, le directeur de la société, qui précise : La faible quantité de polymères déposés sur un support souple assure flexibilité et légèreté. Ils ne contiennent pas de silicium, qui est trop rigide et trop fragile. »

Ce procédé présente de nombreux avantages. Souple et léger, il s’adapte à une grande quantité de supports. Il fonctionne tout le temps, et les quantités de matière utilisées sont très faibles. De plus, il permet de développer le concept de mobilité énergétique : on peut toujours emporter une source d’électricité avec soi. Enfin, la sensibilité des capteurs est telle qu’ils ne nécessitent pas un ensoleillement important pour lancer la recharge : un halogène assez puissant peut suffire.

Première application de cette technologie, en partenariat avec la société Raidlight, basée près de Grenoble, un sac à dos a été équipé de panneaux photovoltaïques et testé lors de l’édition 2014 du Marathon des Sables : « Grâce à un panneau solaire ultraléger et à un port USB, un des coureurs a pu disposer d’une autonomie énergétique complète pour tous ses appareils connectés, poursuit Brice Cruchon, et notamment son téléphone qu’il utilisait comme GPS, ce qui consomme beaucoup d’énergie. »

À moyen terme, la startup vise à devenir un acteur majeur dans la conception et la fabrication de modèles photovoltaïques organiques souples en Europe. Pour cela, elle a lancé cet automne une levée de fonds de 2 millions d’euros pour structurer son équipe et développer de nouveaux produits destinés aux activités sport/outdoor. Dernièrement, elle a organisé une campagne de pré-vente sur la plateforme de financement participatif KissKissBankBank pour la production d’une smart cover, c’est-à-dire une housse pour tablettes numériques équipée d’un panneau solaire. « Nous travaillons pour que le rendement du panneau soit toujours le plus performant. La housse exposée pendant trois heures au soleil peut fournir immédiatement à la tablette l’équivalent d’une heure de recharge. »

Une dernière question brûle les lèvres : pourquoi Dracula Technologies ? « Les entreprises qui sont dans le domaine de l’énergie solaire comportent toutes dans leur nom les mots sun, solar, light, power… sourit Brice Cruchon. On a voulu être contre-intuitifs : avec Dracula Technologies, ‘même les vampires vont aimer la lumière’, et du coup les gens mémorisent la marque plus facilement. »

DRACULA TECHNOLOGIES

Dominique Pialot et Pascal de Rauglaudre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *