Partenaire fondateur

Spartan : de l’argent pour protéger les bourses

La fertilité des hommes est menacée par les téléphones portables ? Spartan a la solution : des sous-vêtements blindés de fils d’argent.


« Avec Spartan, nous voulons aider les hommes à protéger leur virilité ! plaisante Arthur Ménard, serial entrepreneur et cofondateur de la marque. Mais nous voulons aussi créer une marque plus sexy qu’un simple caleçon anti-onde et introduire un peu d’humour dans le marketing. »

L’histoire de Spartan (qui veut dire spartiate en anglais, une référence à la virilité des guerriers de Sparte) commence dans un dîner. Tous les hommes invités ont le même réflexe : ils sortent leur téléphone portable de leur poche pantalon et le posent sur la table.

Pourquoi cette précaution ? « D’après plusieurs études scientifiques, dont celles menées par la clinique de Cleveland, un institut de recherche américain de référence, les appareils électroniques conservés trop près de l’entrejambe nuisent à la fertilité masculine, explique Arthur. Un homme qui garde son téléphone dans sa poche plus de quatre heures par jour risque de dégrader fortement la qualité de son sperme. »

Des fils d’argent contre les ondes

Bien sûr, pas question de changer d’habitude, sachant qu’on ne peut plus se passer des téléphones portables. Arthur cherche donc une solution pour se protéger des ondes, avec ses associés, Pierre-Louis Boyer, « un vrai Géo Trouvetou », et Thomas Calichiama.

Autour d’eux, leurs amis et leurs proches se montrent très intéressés par le projet. « Les retours étaient très positifs. On a rapidement eu une douzaine de commandes, et on a senti un marché. »

L’équipe de Spartan met au point un prototype avec des fils d’argent intégrés au coton, qui bloque 99,9 % des ondes de téléphone et de wifi. Avantage supplémentaire : ce tissu est naturellement antibactérien. « La difficulté consistait à créer une matière qui conserve la souplesse et la flexibilité des textiles traditionnels, tout en ne perdant rien en confort. Notre résultat est plus proche de la soie que du coton ! »

La technologie, baptisée WaveTech, est certifiée par un laboratoire indépendant américain et protégée par un brevet.

Pour lancer la production à grande échelle, Spartan lance une campagne de crowdfunding sur la plateforme Indiegogo. Grâce au bouche à oreille, la campagne dépasse toutes les espérances, et remporte un montant trois fois plus élevé que ce que l’équipe demandait.


Un boxer et un body

Mais l’argent ne suffit pas. La technologie WaveTech s’avère plus délicate que prévu à industrialiser, et il faut trouver des partenaires capables de garantir une fabrication haut de gamme. Résultat : un an s’écoule avant la livraison des premiers produits. « Moralement, c’était dur, on ne faisait pas de vente, il n’y avait pas d’activité, à part préparer le lancement des ventes », confie Arthur.

Fin 2016, Spartan finit par sortir un boxer high tech en deux couleurs, bleu et noir, et un body pour bébé sous la marque Pandaroo. Au Consumer Electronic Show à Las Vegas, la marque s’offre un joli succès sur les réseaux sociaux : « On se baladait en caleçon dans les allées », sourit Arthur. Quelques semaines plus tard, elle intègre l’incubateur HEC de Station F et bénéficie d’une levée de fonds de 500 000 €.

Rapidement, le chiffre d’affaires franchit la barre des 100 000 euros. Un beau résultat qui permettra à Spartan d’étoffer son équipe pour accompagner son développement à l’étranger et concevoir d’autres produits, notamment à destination des femmes.

Commander des sous-vêtements anti-ondes


Texte Pascal de Rauglaudre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *