Partenaire fondateur

Valorisons le bénévolat sur un CV

La Jeune Chambre Économique lance le CV Citoyen, une initiative pour convaincre les entreprises que des salariés engagés apportent une vraie valeur ajoutée.


Alors qu’un quart des jeunes Français se heurtent à des difficultés pour trouver un emploi, il existe un atout négligé dans les CV : l’implication dans la société. Comment les jeunes en recherche d’emploi peuvent-ils valoriser leurs périodes de bénévolat et leur engagement associatif auprès des entreprises ?

Pour répondre à cette question, la Jeune Chambre Économique de France (JCEF), un mouvement composé de 3000 jeunes citoyens âgés de 18 à 40 ans, a imaginé le Pacte citoyen pour la jeunesse. Il prend la forme d’un ensemble de propositions et de solutions concrètes, présentées cette année aux candidats aux élections présidentielles et législatives.

L’une des propositions les plus intéressantes s’appelle le CV citoyen. Cette initiative de l’Association nationale des DRH (ANDRH) et de l’Observatoire du dialogue et de l’intelligence sociale (ODIS) vise à démontrer la capacité des 16-25 ans à partager des valeurs en s’engageant dans un projet pour la société.

Le bénévolat pour résister à la radicalisation

Le CV citoyen valorise toutes les compétences acquises lors d’expériences associatives et qui ne sont pas validées par un diplôme : gestion d’un budget, logistique, écritures comptables, recherche de partenaires, accueil de personnes en difficulté, prise de parole en public, etc.

« Un capitaine de foot est un meneur d’homme qui sait faire avancer ses équipiers, explique Damien Baptiste, administrateur national délégué de la JCEF. Le Crédit Lyonnais a par exemple déjà recruté plusieurs jeunes avec ce profil pour les former à un métier. À l’inverse, le bénévolat est aussi une forme de résistance à la radicalisation et à l’exclusion. »

Parmi les 150 JCE réparties sur le territoire français et sensibilisées au CV citoyen, 50 sont en train de l’expérimenter avec des jeunes impliqués dans la vie associative. Grâce à ce mécanisme de dialogue et d’intelligence sociale, chacun peut faire valoir son investissement au service des autres, et son savoir-être au même titre que son savoir-faire.

« Nous nous sommes rendus compte que Pôle Emploi et les employeurs demandent de plus en plus de compétences liées au savoir-être. Or, le savoir-être s’apprend grâce à des expériences non-professionnelles. Aujourd’hui, 13 millions de Français font du bénévolat : les DRH doivent prêter plus d’attention à cette expérience. »


Changement de paradigme

Les JCE ont déjà lancé de nombreuses actions avec des missions locales, des associations (Institut de l’engagement, Unis-Cité…), des services de l’État, des régions, des départements et de grandes entreprises (Oracle, Adecco, Auchan, Saint-Gobain, Carrefour…).

Les entreprises qui acceptent de jouer le jeu du CV citoyen changent de paradigme. Elles ne sont plus sur la défensive, elles vont au-delà de la question « Combien de temps ça vous prend ? » pour demander « Qu’avez-vous appris ? » « Les entreprises sont intéressées par le CV citoyen, même si elles n’ont pas encore élaboré de démarche précise pour systématiser sont utilisation, décrypte encore Damien Baptiste. Elles comprennent que des salariés engagés avec un meilleur savoir-être apportent une vraie valeur ajoutée. »

Pour en savoir plus, rendez-vous à la Convention nationale de la JCEF les 16 et 17 juin prochains à Montpellier !

Lisez le guide d’action sur le CV citoyen


Texte Pascal de Rauglaudre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *