Partenaire fondateur

Virginie Lelarge – IMEDD

Virginie Lelarge est la fondatrice de l’Institut Méditerranéen d’Etudes et du Développement Durable qui accompagne des projets DD publics et privés, de Monaco à l’international.


L’activité de l’IMEDD (Institut Méditerranéen d’Etudes et du Développement Durable), consiste à accompagner les entreprises et les organisations publiques, dans leurs stratégies d’études et de développement durable à l’international. Notre métier d’études, nous permet de les accompagner vers une logique d’amélioration continue, et notre compétence de fédérateur sociétal, leur offre la possibilité de piloter leurs projets liés au développement durable et à la responsabilité sociétale, en bénéficiant de notre expertise et de notre réseau développé depuis 2000 à l’international.


La mobilité façon douce et durable, comment l’IMEDD l’envisage-t-elle ?

Pour l’IMEDD, nous envisageons la mobilité douce à l’international, en local, et au féminin !

En 2012, nous avons lancé un projet international de fédération à la mobilité douce et aux énergies renouvelables, intitulé ON THE MOVE FROM MONACO TO THE WORLD

Ce projet est né de la volonté des constructeurs de véhicules électriques et hybrides, lors du salon EVER MONACO, de mettre en œuvre une mobilité plus douce, plus durable et une meilleure maîtrise de l’énergie puisque les changements climatiques, la dépendance énergétique, les pollutions, et les risques financiers, matériels et humains y sont liés.

Ce projet se matérialise par un site d’informations bilingue français-anglais, par une campagne de sensibilisation annuelle, et par l’animation de différentes communautés sur les réseaux sociaux. En un an, ON THE MOVE FROM MONACO TO THE WORLD a atteint 94 pays, et se positionne comme un acteur international permettant à la fois de présenter les modèles et les stratégies des secteurs de la mobilité et de l’énergie, les engagements sociétaux, et des solutions pouvant répondre à des problématiques concrètes, ici et ailleurs.

La même année, nous avons souhaité donner une dimension plus concrète au projet ON THE MOVE FROM MONACO TO THE WORLD, en nous appuyant sur les compétences et les expertises d’un réseau franco-monégasque, capable à la fois d’évoluer au niveau local, national, et international.
Ensemble, et sous l’impulsion de l’IMEDD, nous avons alors créé le projet LADIES IN MOBILITY

   

« Ladies in mobility » se met en route le 29 mars 2013. Pourquoi est-ce un projet spécifiquement féminin ?

« Ladies in mobility » repose sur un site d’informations dédié aux femmes car elles sont généralement plus sensibles que les hommes aux questions sociétales.
Elles peuvent trouver des informations leur permettant de comprendre les enjeux autour de la mobilité et leur rôle dans ce domaine.
Nous proposons un panel d’études sur la mobilité, les pratiques, les usages et les comportements. Cette étude, à laquelle la Fondation Prince Albert II de Monaco et l’AVERE-FRANCE se sont associés en tant que relai d’information, a déjà mobilisé plus de 500 femmes.

LADIES IN MOBILITY, déjà présent en France et à Monaco s’internationalisera en Italie et en Grande Bretagne dans les mois à venir.

L’autre volet des « LADIES IN MOBILITY », est l’organisation d’une conférence, du même nom, le 29 mars 2013, dans le cadre d’EVER MONACO (salon des véhicules écologiques et énergies renouvelables), rassemblant décideurs publics et privés de Monaco, de PACA, et plus généralement de France, autour du thème de « l’intégration de la mobilité durable dans les villes intelligentes ».

Pour découvrir les organisations institutionnelles et les entreprises qui se sont associées à la conférence, suivez ce lien.

Le reste de l’année, l’IMEDD c’est à la fois des études, de la stratégie sociétale pour les entreprises et les organisations publiques, en plus de l’évènementiel orienté DD ?

Dans le domaine des études, l’IMEDD est à même d’intervenir pour les institutions, sur des questions de perception de politiques publiques (mobilité, énergies, dispositifs sociaux, santé, sécurité,…).

Pour les entreprises, l’IMEDD intervient via l’étude des relations avec les parties prenantes, avec une vision à 360° (qualité des relations clients, relations et climat social, relations fournisseurs-direction des achats).
Nous pouvons aussi accompagner les entreprises dans le cadre de leurs études de mobilité et de leurs bilans RSE, donnant ensuite lieu à des rapports de Développement Durable. Nous proposons également des études de marchés, marketing (orientées écoconception des produits et des services, communication, etc.), des études d’usages et d’attentes, etc.

Pour les études internationales, nous nous appuyons sur la force de nos partenaires, membres du réseau ESOMAR.

Dans le domaine de la RSE et du Développement Durable, l’IMEDD se positionne dans l’accompagnement des entreprises dans la mise en place de stratégies RSE adaptées à leur secteur d’activité, et nous les conseillons sur les axes à entreprendre prioritairement.
Nous intervenons aussi dans le domaine de l’intelligence économique, en étudiant la faisabilité financière de projets.

Le dernier volet de l’IMEDD, ce sont des évènements au service du développement durable, poursuivant un but de fédération et de réseaux.
Outre la mobilité et les énergies, l’IMEDD porte aussi à son actif des conférences sur la responsabilité sociétale et la déforestation.


Le 3ème Parlement national des Entrepreneurs d’avenir aura lieu les 13 et 14 juin prochains. Quel sujet souhaiteriez-vous y voir traiter ?

Hors la maîtrise de la mobilité et des énergies, qui sont deux sujets primordiaux vers un développement durable, un des thèmes important est l’écosystème de l’entreprenariat, et la responsabilité sociétale des grandes entreprises face aux PME et TPE qui les entourent.
Le parcours du chef d’entreprise amène à comprendre la nécessité des relations systémiques, et à prendre le temps et l’implication nécessaires pour construire un système fiable et durable, gage de pérennité de l’entreprise.

D’un autre côté, les grandes entreprises ont-elles toujours suffisamment conscience de leur pouvoir dans leurs achats et leurs choix de prestataires du quotidien ?

Devenir une grande entreprise est le résultat de la réussite d’un écosystème. Avancer vers le développement durable, c’est aussi renforcer la cohésion sociétale entre grandes et petites structures, avec des visions à moyen et long terme, car n’oublions pas que l’innovation provient très souvent des petites et moyennes entreprises.

En résumé, un sujet pour le 3ème Parlement National des Entrepreneurs d’avenir pourrait être :
« comment encourager les liens systémiques durables, entre grandes et petites entreprises et comment les valoriser dans sa stratégie sociétale d’entreprise? »

IMEDD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *