Partenaire fondateur

Avec « Ça me regarde », les salariés découvrent la solidarité locale

L’association « Ça me regarde » organise au sein des entreprises des événements destinés à rapprocher les employés d’associations implantées à proximité.


L’association organise au sein des entreprises des événements destinés à rapprocher les employés d’associations implantées à proximité.

S’ouvrir, prendre de la distance, se reconnecter à ses émotions, explorer son intelligence émotionnelle…c’est ce que « Ça me regarde » se propose de susciter chez les salariés. Pour ce faire, cette SCOP fondée en 2012 par Ségolène Delahalle et Arnaud Fimat organise au sein des entreprises des événements mobilisant leurs employés au service d’associations locales de lutte contre la précarité ou de protection de l’environnement. « Il s’agit de leur apporter une aide très concrète, réhabilitation de locaux, rangement, etc. sur des périodes d’une demi-journée au minimum, précise, co-fondatrice de « Ça me regarde » avec Arnaud Fimat. Ces opérations peuvent également prendre également la forme de soirées annuelles.

1600 salariés impliqués en deux ans

La SCOP travaille avec une quarantaine de partenaires, dont des réseaux nationaux tels que Emmaüs, Jardins de Cocagne, les épiceries solidaires, des parcs nationaux, des réserves naturelles…mais c’est à l’échelle locale qu’elle mobilise les salariés. Parfois, ces derniers deviennent bénévoles pour les associations. Depuis 2012, 1/3 de ses partenaires y ont fait plusieurs fois appel, permettant à 1600 salariés de s’impliquer dans près de 80 expériences solidaires. « Les entreprises nous rémunèrent pour notre prestation, mais les associations ne reçoivent pas d’argent, nous ne faisons aucune collecte financière », souligne Ségolène Delahalle.

Un fonctionnement coopératif en interne et avec les clients

Chaque projet est monté sur mesure, pour des PME de 70 personnes comme pour des groupes comme la Poste ou la Macif. Le budget dépend de la préparation nécessaire, de la durée de l’événement…les équipes de « ça me regarde » participent à toutes les journées et organisent un débriefing pour les entreprises. « Nous adoptons un fonctionnement coopératif dans toutes nos activités, insiste Ségolène Delahalle. Aussi bien au sein de la SCOP, où tout est géré en binôme, qu’avec nos clients. »
« Ça me regarde » œuvre à rapprocher des mondes qui ne se connaissent pas. Ainsi, lors de visites du quartier du Petit Nanterre organisées en compagnie d’enfants de CM2, certains salariés ont d’ailleurs avoué que l’image qu’ils en avaient était très éloignée de la réalité qu’ils ont découverte…

« Ça me regarde »

Dominique Pialot et Pascal de Rauglaudre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *