Partenaire fondateur

Jean-Louis Etienne, explorateur engagé

Venu spécialement à Nantes les 12 et 13 mai derniers, Jean-Louis Etienne a conclu la deuxième édition du Parlement des Entrepreneurs d’avenir. Célèbre pour avoir été le premier homme à atteindre le pôle Nord en solitaire, il a salué le dynamisme et l’audace des entrepreneurs tout en les appelant à la persévérance.

Venu spécialement à Nantes les 12 et 13 mai derniers, Jean-Louis
Etienne a conclu la deuxième édition du Parlement des Entrepreneurs d’avenir. Célèbre pour avoir été le premier homme à
atteindre le pôle Nord en solitaire, il a salué le dynamisme et
l’audace des entrepreneurs tout en les appelant à la persévérance.

Vous avez participé à cette deuxième édition
du Parlement des Entrepreneurs d’avenir,
à quel titre y étiez-vous ?

J’étais invité par mon partenaire d’expéditions, le groupe
Generali. J’ai découvert cette assemblée de chefs d’entreprises
: un univers que je ne connaissais pas du tout.


Que retenez-vous de ces deux journées,
qu’est-ce qui vous a frappé ?

Le thème était : « réinventer l’entreprise pour un avenir
souhaitable ». J’ai été frappé par le témoignage de ces
entrepreneurs qui cherchent à adopter de nouveaux
modes de gouvernance et qui sortent des sentiers battus.
Et il ne s’agit pas seulement d’entrepreneurs de
petites structures, il y a aussi des patrons de grosses
entreprises. J’ai moi-même une société pour mes expéditions.
Donc je connais les lourdeurs et les difficultés
que cela représente. J’ai eu parfois jusqu’à 20 salariés.
Et là, j’étais face à des initiatives qui sortaient de la
routine de l’expert-comptable. C’était passionnant !


Qu’avez-vous en commun avec ces entrepreneurs ?

Dans mon allocution de clôture, je les ai appelés des
« Explorateurs d’avenir ». Ils explorent de nouvelles
manières de travailler, ils aspirent à moins de rigidité.
Finalement, c’est comme une expédition : on trouve de
nouvelles terres à défricher !
Il y a ensuite la notion de « responsabilité ».
En quelques
siècles, l’homme a pris possession des espaces et
des espèces, brisant l’équilibre naturel et sortant de
l’écosystème terre. L’homme n’arrête pas de produire et
de détruire son environnement mais il est aussi doué
d’une conscience qui lui dit qu’il est en train de s’autodétruire.
Aujourd’hui, il faut renouer avec cet écosystème,
veiller à l’équilibre naturel. Chacun doit y être
attentif à son niveau, chacun doit savoir s’il agit correctement.
C’est un véritable défi pour l’humanité. Et c’est
pourquoi, j’ai invité ces responsables à être audacieux et
persévérant dans leurs choix.

Vous revenez souvent sur la notion
de persévérance dans vos témoignages…

Oui, c’est vrai. La persévérance, je l’ai découverte dans
ma première expédition au pôle Nord. J’ai failli renoncer
mille fois, mais il fallait que j’arrive au pôle avant la dé bâcle.
Et quand j’ai réussi, ce fut un accomplissement extraordinaire. Tout ce qu’on commence et qu’on ne finit pas
est une frustration. Il faut persévérer et passer les
seuils des difficultés pour progresser. Cette persévérance
m’a poussé à l’éveil.

Êtes-vous optimiste pour l’avenir ?

Je suis spectateur du monde et je suis admiratif de l’intelligence
humaine et des solutions techniques que
l’homme trouve pour subvenir à ses besoins. Je ne crois
pas à la décroissance, mais à l’intelligence appliquée de
l’homme pour trouver de nouvelles solutions. À Nantes,
j’ai rencontré des gens fins et intelligents. Des entrepreneurs
qui donnent de l’espoir.

www.jeanlouisetienne.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *